Europe : les camions vont payer leurs coûts environnementaux

Le 15 octobre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

 

Les poids lourds risquent de voir leurs frais de péage augmenter en Europe pour tenir compte de la pollution et des nuisances sonores qu'ils occasionnent, à la suite d'un accord conclu ce vendredi 15 octobre. Après deux ans de négociations, les ministres des transports de l'Union européenne ont arraché un compromis lors d'une réunion à Luxembourg. «  Cet accord constitue une avancée historique dans les efforts visant à gérer de manière responsable le transport de marchandises au niveau européen », a déclaré le secrétaire d'Etat belge aux transports, Etienne Schouppe, dont le pays préside l'UE jusqu’à la fin de l’année.

Pour la première fois, le principe du pollueur-payeur est introduit dans le secteur. L'objectif est d'élargir un texte existant encadrant les péages, appelé « directive Eurovignette ». Aujourd'hui, ces taxes ne peuvent être prélevées que pour couvrir les coûts de construction et d'entretien de routes. L'idée à présent est de permettre aux Etats qui le veulent d'augmenter les péages en prenant en compte des critères environnementaux : bruit et pollution. Les péages actuels coûtent entre 15 et 25 centimes par kilomètre en moyenne. Ils vont pouvoir augmenter de 3 à 4 centimes.

Les gouvernements volontaires auront aussi la possibilité de moduler les tarifs en appliquant une hausse pouvant aller jusqu'à 175 % aux heures de pointe, par rapport aux heures calmes, pour tenter de réduire les bouchons. Et ce pendant 5 heures de lajournée. Ce faisant, l'Europe espère encourager un transfert du transport de marchandises de la route vers le rail, moins polluant, et pousser les transporteurs à acheter des véhicules eux aussi moins polluants : ces derniers seront moins taxés aux péages, voire exemptés pendant un certain temps.

Le secteur du transport routier fustige ce résultat. «  Il est inadmissible que les ministres des transports de l'UE alourdissent le fardeau fiscal du fret routier alors que ce dernier ne représente que 10 % des usagers de la route », dénonce, dans un communiqué, l'un des responsables de l'Union internationale du transport routier, Alexanders Sakkers.

Toutefois le dossier n'est pas tranché : l'accord trouvé vendredi doit encore être formalisé par les pays de l'UE. Et surtout, le Parlement européen doit encore se prononcer. Or il souhaite durcir le texte.