Et si l’on transformait le CO2 en carburant ?

Le 24 juin 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Légende : Le premier site de production sera intégré au site industriel Herøya à Porsgrunn (Norvège).
Légende : Le premier site de production sera intégré au site industriel Herøya à Porsgrunn (Norvège).

Le consortium Norsk e-fuel veut produire un kérosène à partir de CO2 extrait de l’air, d'eau et d’électricité renouvelable. La première usine verra le jour en 2023 en Norvège.

 

Créé début juin, Norsk e-fuel regroupe le fournisseur allemand de technologie PtL Sunfire, le spécialiste suisse du captage de CO2 dans l’air Climeworks, Paul Worth SMS Group, société luxembourgeoise d'ingénierie, et Valinor, un investisseur norvégien. Leur but : produire un kérosène destiné à l’aviation, à partir de CO2, d’eau et d’énergie renouvelable.

Comment ça marche ?

Le procédé extrait le CO2 de l'air via une technologie de capture aux amines développée par Climeworks, Combiné à de l'eau, le gaz carbonique est injecté dans un électrolyseur, pour produire un gaz de synthèse. Ce syngas peut être ensuite transformé en carburant aérien, utilisable en mélange (à 50%) avec du kérosène pétrolier.

Objectif : 100 millions de litres

Norsk e-fuel va bâtir un site de production à Porsgrunn (Norvège), d’une capacité annuelle de 10 millions de litres. Sa mise en service est prévue pour 2023. Si le process fonctionne, une seconde tranche verra le jour en 2026, d’une capacité de production 10 fois supérieure à la première. Les travaux devraient débuter en 2021, sous réserve de financement. L'investissement total est d’environ 5,5 milliards de couronnes (500 M€).

Les 100 millions de litres permettraient d’alimenter en carburéacteur les avions effectuant les liaisons les plus fréquentées de Norvège (Oslo-Trondheim, Oslo-Bergen, Oslo-Stavanger, Oslo-Tromso and Oslo-Bodo), tout en réduisant de 250.000 tonnes de CO2 le bilan carbone du royaume.