Et revoilà un groupe écolo à l’assemblée

Le 19 mai 2020 par Volodia Opritchnik
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les membres d'EDS dans leur première oeuvre.
Les membres d'EDS dans leur première oeuvre.
DR

Menés par Paula Forteza et Matthieu Orphelin, une quinzaine de députés veulent construire le "monde d’après".

 

Pour la première fois depuis le début de la mandature, des députés ouvertement écologistes parviennent à constituer un groupe parlementaire. Annoncé depuis plusieurs semaines, Ecologie Démocratie Solidarité (EDS) a été porté sur les fonts baptismaux de la politique, ce mardi 19 mai, par Paula Forteza (Français d’Amérique latine et des Caraïbes) et Matthieu Orphelin (Maine-et-Loire), qui en assureront la présidence en alternance.

17 députés

Constitué de 17 députés (ses promoteurs en espéraient trois fois plus), EDS regroupe essentiellement des déçus du macronisme, à l’instar du député du député du Maine-et-Loire qui, dans un livre récent, avait exprimé ses doutes quant à la volonté du parti présidentiel de mener la transformation écologique promise. La seule non marcheuse est Delphine Batho. Ex-socialiste, l’ancienne ministre de l’écologie préside aux destinées de Génération Ecologie, parti créé par Brice Lalonde et Jean-Louis Borloo.

2e groupe écolo

S’ils entendent contribuer à l’édification du «monde d'après », les élus EDS ne devraient pas recevoir le meilleur des accueils lors de leur retour dans l’hémicycle. En rabotant de 16 membres le groupe de la république en marche (LREM), EDS fait perdre la majorité absolue, à l’assemblée, au parti présidentiel.

C'est la seconde fois, dans l'histoire de la république, que le Palais Bourbon compte un groupe écologiste. Composé majoritairement d'élus ELVV, le premier a existé entre juin 2012 et mai 2016. Il avait été co-présidé par François de Rugy et Barbara Pompili. Aucun de ces deux encartés à LREM n'a souhaité rejoindre le nouveau groupe vert.