Et bientôt un marché russe du carbone

Le 27 janvier 2021 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Sakhaline produit du pétrole et du gaz.
Sakhaline produit du pétrole et du gaz.
Sakhalin Energy

Moscou a annoncé la création d'un marché-pilote dans la région de Sakhaline. Il pourrait en annoncer d'autres.

Hier nain politique, l’Union européenne commence à faire peur. Il a fallu pour ce faire annoncer la mise en œuvre du mécanisme d’ajustement aux frontières. Devant être érigée en 2023, ce dispositif vise à taxer les importations en provenance des pays n’ayant adopté aucune contrainte carbone sur leur industrie. Objectif avoué de Bruxelles: doper la compétitivité des entreprises européennes soumise à l’ETS, le marché européen du carbone.

«taxe carbone aux frontières»

Sévèrement critiqué par les principaux partenaires de l’Union européenne, son projet de «taxe carbone aux frontières» commence à faire évoluer les politiques climatiques nationales. Ces dernières semaines, la Chine et le Viet Nam ont annoncé l’ouverture de marché national de quotas d’émission. Pays cible de nombreuses industries européennes souhaitant échapper à l’ETS, l’Ukraine a plié sous le poids des pressions de Bruxelles. Kiev devrait également son système d’échange de quotas d’émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2025.

couplé à l'international?

Plus surprenant, la Russie pourrait lui emboîter le pas. Moscou ne prévoit pas de faire le grand saut d’un seul coup. Le 19 janvier, la vice-premier minsitre chargée des ressources naturelles et de l’écologie a annoncé la création d’un marché-pilote. Selon Victoria Abramchenko, le dispositif concernerait les industriels de la région orientale de Sakhaline. Les premiers échanges de quotas pourraient être comptabilisés dès juillet 2022. Le temps d’établir les statistiques d’émission des entreprises assujetties. A terme, a indiqué la ministre, ce marché régional pourrait en annoncer d’autres qui auront vocation à être couplés à des marchés internationaux du carbone.