Eric Besson réplique à la CRE

Le 19 mai 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
 
Le ministre chargé de l’énergie a annoncé, mercredi 18 mai, la publication prochaine d’un arrêté fixant à 42 euros par mégawatheure (€/MWh) le coût d’accès à l’électricité produite par les centrales nucléaires d’EDF, à partir du 1er janvier 2012; un dispositif prévu par la loi Nome et connu sous le nom d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique ou Arenh.
 
Cette annonce intervient quelques heures à peine après que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a indiqué ne pas avoir d’éléments justifiant un tel prix à cette échéance. En se basant sur ses propres calculs, le gendarme des marchés français de l’énergie l’estime plutôt entre 36 et 39 €/MWh.
 
Bercy s’aligne donc sur les positions du président d’EDF qui a indiqué, à plusieurs reprises, que céder à ses concurrents le MWh nucléaire à moins de 42 € revenait à « brader le patrimoine national ».
 
Pour se justifier, Eric Besson rappelle que « ce niveau de prix est destiné, dans une perspective de prudence, à permettre à EDF de réaliser les investissements qui seront nécessaires et dont le niveau et le calendrier sont particulièrement incertains suite à l’accident de Fukushima ».
 
Avant Fukushima, ces investissements étaient destinés à préparer l’allongement de la durée de vie des tranches de 900 mégawatts de l’opérateur historique.

Dans le JDLE : La CRE ne sait pas combien coûtera l'amélioration des centrales nucléaires