En ville, les arbres sauvent des vies

Le 17 juin 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les arbres améliorent la qualité (et la quantité) de vie
Les arbres améliorent la qualité (et la quantité) de vie

Accroître la couverture arborée d’une ville a des bénéfices en termes de santé publique, ont suggéré plusieurs travaux. A Philadelphie, ville américaine qui dispose d’un plan ambitieux en la matière, une étude publiée dans le Lancet Planetary Health évoque des centaines de décès prématurés évités.

Les arbres urbains offrent de nombreux bénéfices sanitaires: hausse de l’activité physique des habitants, bien-être psychique, moindre niveau de stress, lutte contre l’effet îlot de chaleur, réduction de la pollution de l’air. De précédentes études ont montré que cet effet persistait après prise en compte de la proximité d’axes routiers –suggérant que la pollution de l’air n’est pas le seul mécanisme en cause.

Cinquième ville américaine, Philadelphie est aussi la plus pauvre des 10 plus grandes villes des Etats-Unis, avec une mortalité bien supérieure à celle du pays. Pour y améliorer la qualité de vie, la municipalité a lancé en 2009 un plan, dénommé Greenworks, dont l’objectif est de passer à 30% de couverture arborée, contre 20% actuellement.

403 décès évités chaque année

Dans leur étude de modélisation, Michelle Kondo, chercheuse auprès du service forêt du département américain à l’agriculture (USDA), et ses collègues ont estimé le gain que le plan Greenworks pourrait engendrer en termes de mortalité. Pour cela, les chercheurs se sont appuyés sur les résultats d’une méta-analyse qu’ils ont publiée fin 2019, chiffrant les bénéfices des espaces verts dans sept pays.

Selon eux, 403 décès prématurés seraient évités chaque année, dont 244 dans les quartiers les moins favorisés –généralement les moins arborés. Ce qui équivaut à une baisse de 2,9% de la mortalité de la ville, pour une économie estimée à 2,9 milliards de dollars en frais de santé.

Selon Michelle Kondo, «cette étude étaye l’idée selon laquelle accroître la présence d’arbres et verdir les villes sont des stratégies profitables, même à de faibles niveaux, car elles favorisent la santé et engendrent des économies».

Un «93» plus arboré. En France, la Seine-Saint-Denis, département très urbanisé, a lancé jeudi 13 juin son plan Canopée, visant à accroître à 20% sa couverture arborée d’ici 2030, contre 16% actuellement. Il s’agit ainsi de planter 30.000 arbres en 10 ans, pour un investissement total de 60 millions d’euros. Pour tout arbre coupé lors d’un projet d’aménagement départemental, trois arbres seront plantés.