En France, les émissions des voitures neuves s’évaporent

Le 03 juillet 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Voiture électrique
Voiture électrique

Selon des données du cabinet d’analyse AAA Data, les émissions de CO2 des voitures neuves ont singulièrement baissé au premier semestre. Explications.

 

Alors que partout en Europe le «grammage» des véhicules neufs augmente depuis trois ans, la France fait office de bon élève. Selon des données d’AAA Data, le niveau moyen des rejets de CO2 des voitures sorties d’usine et immatriculées en France est en baisse au premier semestre 2020. Entre 2019 et ce premier semestre, le niveau moyen d’émission carbonée est passé de 112 grammes de CO2 par kilomètre (gCO2/km) à 99g. A quelques pouièmes des normes européennes : 95gCO2/km pour 2020.

Chiffres européens seulement. Les données françaises sont un indicateur, mais ce sont bien les résultats à l’échelle de l’Europe qui feront foi au moment de faire respecter la règle des 95g C02/km. Et sur le vieux continent, avec une moyenne d’émission de 122,4g CO2/km pour les voitures neuves, les constructeurs automobiles sont encore loin du compte.

Cap sur l’électrique

Durant les 6 premiers mois de l’année, les ventes de véhicules 100% électriques et hybrides rechargeables ont représenté 10% des ventes. Au total, 45.000 voitures électriques et 20.180 véhicules hybrides rechargeables ont été écoulées depuis le début de l’année : deux fois plus en un an. Et ce, malgré une baisse de près de 40% des ventes en raison de la crise sanitaire. 

L’électrification à marche forcée des constructeurs automobiles est largement responsable de ces bons résultats. Pour éviter les amendes dantesques qui les attendent s’ils dépassent les 95gCO2/km, les industriels n’ont plus le choix. Tous électrifient leurs gammes. Le groupe PSA, qui propose actuellement sa voiture électrique phare, la e-208 (9 000 ventes), est passé à un niveau d’émission moyen de 105gCO2/km à… 90 g. Sa filiale Opel y est presque et passe de 119 à 95,5gCO2/km. Renault surfe sur la vague Zoé (12% de ses volumes français au premier semestre soit 17.650 véhicules écoulés) et atteint 97,3g, contre de 110gCO2/km il y a un an. D’autres, peinent encore à se décarboner. Citons : Dacia (112g), Volkswagen (107,8 grammes), ou encore Mercedes (112,6 grammes).

Merci les primes

Le marché français a aussi profité du dynamisme de l’occasion. D’après AAA Data, 13.131 véhicules d’occasion hybrides ont été cédés, en France, en juin : + 108,6 % que l'année dernière. Même constat avec l’électrique : +161,6% en un an. «Ce sont les bonus décidés par le gouvernement dans le plan de relance de l’automobile qui expliquent ces chiffres. D’autant plus pour les hybrides qui ne bénéficiaient d’aucune aide auparavant», explique un porte-parole d’AAA Data.

Petits arrangements

Les bonnes performances commerciales des concessions n’expliquent pas tout. «L’objectif des constructeurs, c’est d’atteindre les normes européennes», rappelle la porte-parole d’AAA Data. Pour alléger leur bilan carbone, les constructeurs automobiles avaient retardé certaines livraisons de voitures électriques du dernier trimestre 2019 tout en accélérant l’immatriculation de véhicules polluants en fin d’année dernière. Cette stratégie a payé, puisque les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves vendues en France étaient de 112,9g/km en décembre (3g de plus qu’en novembre dernier), pour redescendre à 96g/km fin janvier.