En Europe, 17% des surfaces forestières perturbées en 30 ans

Le 17 septembre 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des épicéas morts en forêt bavaroise
Des épicéas morts en forêt bavaroise
Cornelius Senf/TUM

En 30 ans, les forêts européennes ont perdu 17% de leur canopée, révèle une étude publiée mardi 15 septembre dans Nature Sustainability. Ce qui, selon les auteurs, pourrait ouvrir de nouveaux espaces pour des espèces arborées mieux adaptées au réchauffement.

Couvrant 33% de la surface de l’Europe, les forêts européennes connaissent de nombreuses dégradations, du fait d’événements météorologiques ou de l’homme. A l’aide d’images satellitaires, Cornelius Senf et Rupert Seidl, spécialistes de la forêt à l’université technique de Munich (Allemagne), révèlent que la perte de canopée s’élève à 17% entre 1986 et 2016, soit 36 millions de sites perturbés, d’une surface moyenne de 1,09 hectare.

Les tendances divergent d’un pays à l’autre: la Suède présente les trouées les plus larges (surface moyenne proche de 2 ha), la Suisse les plus petites (0,6 ha). Le Portugal est celui qui compte le plus de sites perturbés (plus de trois par km2), et l’Espagne la trouée la plus importante (17.000 hectares) du fait d’un incendie survenu en 2012.

Selon Rupert Seidl, «ces cartes nous aident à mieux comprendre l’évolution des forêts européennes. L’ouverture de leur canopée constitue certes un risque pour elles, mais offre aussi des opportunités pour de nouvelles générations d’arbres peut-être mieux adaptés au changement climatique. Ces cartes peuvent aider à identifier les sites où la régénération doit être assistée par des plantations humaines, ou s’il vaut mieux laisser les forêts se reformer d’elles-mêmes».

Certes, les forêts demeurent bien moins menacées en Europe qu’ailleurs, comme le révèle un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) publié mardi 15 septembre. Depuis 1990, la planète a perdu 178 millions d’hectares de forêt –il lui en reste 4,06 milliards. Depuis 2015, la perte forestière semble ralentir, de 10 millions d’hectares par an, contre 12 millions/an sur la période 2010-2015. Au cours de la décennie 2010, elle s’est accélérée en Afrique subsaharienne et en Asie du sud-est, mais a ralenti en Amérique latine.