Emissions des voitures neuves : la France progresse mais…

Le 06 octobre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
en septembre 2019, le grammage moyen des voitures neuves était de 109,6g de CO2/km. Un an plus tard, il est tombé à 96,4g.
en septembre 2019, le grammage moyen des voitures neuves était de 109,6g de CO2/km. Un an plus tard, il est tombé à 96,4g.
PxHere

Malgré les SUV, les voitures neuves immatriculées en France rejettent de moins en moins de CO2, selon des données d’AAA Data.

 

Les aides gouvernementales à l’acquisition de véhicules propres porteraient-elles leur fruit ? Selon des données de l’analyste AAA Data, que Journalauto.com a pu consulter, en septembre, le grammage moyen des véhicules particuliers (VP) neufs immatriculés s’est établit à 96,4 g/km : 0,5 g/km de moins qu’en août. Une exception ? Pas vraiment. Sur une année, cette tendance tend à se confirmer.

Hybride et électriques explosent

Alors qu’en septembre 2019, le grammage moyen était de 109,6g/km, un an plus tard, il a chuté de 13,2g/km. Comment expliquer une telle progression? Une hausse des ventes sur ce même mois de +158 % pour les VP hybrides et de +140% pour leurs homologues électriques par rapport. Soit des parts de marché de respectivement 15,6% et 6%. Contre 5,8% et 2,4% il y a un an.  

Si en 2019, le grammage moyen en CO2 des véhicules particuliers (VP) neufs immatriculés en France est resté stable par rapport à 2018, (122g/km), depuis 2020, il se situe plus autour des 100g/km. C’est mieux, mais insuffisant au regard des prochaines exigences de la Commission européenne (95g/km).

La faute… au SUV

Le succès des SUV explique cette décarbonation insuffisante. Selon AAA Data, les ventes de ce type de véhicule dépassent les 40% de parts de marché pour la première fois, en progression de 3,28%. La star du moment ? La Peugeot 2008.

Plus lourds et gourmands, ces véhicules sont devenus «la deuxième source de hausse des émissions de GES énergétiques en France de 2008 à 2018, juste derrière le secteur aérien», s’inquiète le WWF France dans un rapport publié ce mardi 6 octobre.

D’après l’ONG, les SUV émettent plus (+20% de CO2 par rapport à une berline de taille comparable) sans même parler de l’empreinte carbone sur l’ensemble du cycle de vie (fabrication, utilisation et fin de vie). «L’électrification du parc automobile au global ne constitue pas à elle seule la solution pour tenir les engagements climatiques en termes d'émissions de CO2», prévient l’association au panda.