Emissions des navires : l’UE jette un petit pavé dans la marre

Le 09 juillet 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
les compagnies maritimes pourraient devoir réduire leurs émissions annuelles moyennes de CO2 par activité de transport d’au moins 40% d’ici à 2030.
les compagnies maritimes pourraient devoir réduire leurs émissions annuelles moyennes de CO2 par activité de transport d’au moins 40% d’ici à 2030.

Le Parlement européen a voté, le 7 juillet, un rapport législatif qui vise à intégrer les émissions de CO2 du transport maritime dans le système d’échange de quotas d’émission de l’Union européenne (ETS).

 

Anomalie. A ce jour, les émissions de GES du transport maritime ne sont pas régulées. Fort de ce constat, le parlement européen est en passe de rectifier le tir. Mardi 7 juillet, la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire a adopté un rapport appelant à inclure les navires dans le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (ETS). Dans le même temps, elle propose que «les compagnies maritimes réduisent leurs émissions annuelles moyennes de CO2 par activité de transport d’au moins 40% d’ici à 2030». Et ce, pour tous les navires.

Réparer les écosystèmes marins

Les recettes générées par la vente de quotas d’émission financeront un «fonds océan» qui couvrirait la période 2023-2030. Cette manne servira à financer des travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique des navires et l’installation de technologies et d’infrastructures innovantes : carburants alternatifs, ports verts. Egalement, «20% des revenus du fonds devraient être utilisés pour contribuer à protéger, restaurer et gérer efficacement les écosystèmes marins touchés par le réchauffement climatique», suggèrent les parlementaires.

Le texte doit encore être adopté en séance plénière, probablement lors de la session des 14-17 septembre prochains. Ensuite, le Parlement pourra débuter les négociations avec le Conseil. La commission ajoute au passage qu’un accord mondial «ambitieux» sur les émissions de gaz à effet de serre du secteur maritime serait le bienvenu.