Echange épistolaire entre les Conventionnels et Emmanuel Macron

Le 13 octobre 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Anne-Louise-Germaine Necker aurait-elle été conventionnelle ?
Anne-Louise-Germaine Necker aurait-elle été conventionnelle ?
DR

Les membres de la Convention citoyenne pour le climat s'inquiètent du devenir de leurs propositions. Emmanuel Macron tente de les rassurer.

Ils n’ont pas le temps de se voir. Mais ils s’écrivent. Dans un courrier adressé, le 12 octobre, au président de la République, les membres de la convention citoyenne pour le climat (CCC) s’inquiètent du devenir de leurs 149 propositions. Après le rejet de trois d’entre elles par le président de la république, la mise sous le boisseau par des membres du gouvernement d’un autre contigent, les Conventionnels s’irritent. Et le font savoir.

Dans leur lettre, les «150» s’émeuvent notamment «des déclarations ministérielles discordantes sur les sujets de l’aérien, de la publicité, du déploiement de la 5G, de la baisse de la TVA relative au transport ferroviaire». Des prises de position, soulignent-ils, qui «viennent renforcer le trouble et obscurcir la parole présidentielle».

peu d'ambition gouvernementale

Les membres de la CCC comprennent les difficultés que la reprise «sans filtre» de leurs recommandations peut susciter. Mais ils ne peuvent «continuer à défendre chacune d’entre elles quand nous peinons à trouver dans les actions du Gouvernement l’ambition générale d’une transition écologique efficace.»

«Nous vous demandons donc de réaffirmer votre engagement formel et public en faveur de l’examen sans filtre de nos propositions, un engagement crucial pour mener à bien ce nouveau mandat de suivi», conclut les 150 citoyens.

Emmanuel Macron a repris la balle au bond. Dans sa réponse, le président de la République concède quelques retards: certaines mesures «méritent des ajustements, nécessitent une temporalité différente de celle que vous proposez, mais cela ne remet en rien en cause votre ambition, ni la mienne.»

oppositions fortes

Il reconnaît aussi que certaines propositions touchant à la publicité, au transport aérien ou à la voiture «font débat dans la société et suscitent des oppositions fortes.»

Pour autant, le chef de l’Etat se félicite que certaines dispositions soient en cours de déploiement (interdiction des systèmes de chauffage des terrasses de café, soutiens aux transports collectifs et au vélo). «Près d'une trentaine de vos propositions qui sont déjà, soit totalement, soit partiellement mises en œuvre», détaille-t-il. Dans les prochains jours, indique la missive, un tableau récapitulatif de l’entrée en vigueur des mesures de la CCC sera mis en ligne par les pouvoirs publics.

En attendant la présentation du projet de loi, «à une date proche du cinquième anniversaire de l'Accord de Paris». Reste à savoir si les mesures de la CCC permettront bien d'abattre de 40% les émissions françaises de GES entre 1990 et 2030. Il est permis d'en douter.