Copenhague met des bâtons dans les roues des trottinettes

Le 13 octobre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En 2019, 300 accidents impliquant des trottinettes ont été recensés.
En 2019, 300 accidents impliquant des trottinettes ont été recensés.
Pixabay

La cité de la petite sirène va interdire la location de trottinettes électriques dans le centre-ville.

 

A Copenhague la municipalité pousse les trottinettes électriques en libre-service vers la sortie. A partir du 1er janvier 2021, il ne sera plus possible de louer ou garer une trottinette électrique dans la plupart des zones les plus denses de Copenhague», expliquent les services techniques et environnementaux de la capitale du Danemark. Le centre historique et les quartiers limitrophes sont désormais préservés. À l'avenir, les usagers devront louer leurs engins en périphérie et dans des magasins où ils devront les rendre après utilisation.

Incivilité, cohabitation difficile entre usagers et piétons (300 accidents en 2019) ont émoussé la tolérance des élus. «Malheureusement, nous avons constaté des problèmes majeurs avec ces trottinettes électriques (...). C'était extrêmement difficile pour les personnes âgées de passer quand les trottinettes encombraient les trottoirs», précise un conseiller municipal à la télévision TV2 Rune Dybvad. Les trois opérateurs Voi, Lime et Tier ont tenté de calmer les esprits en créant des zones de stationnement. Le nombre de trottinettes dans le centre historique avait quant à lui été limité à 200… Sans succès.

Contre-attaque

Dans un appel conjoint, publié le 9 octobre, les trois sociétés de location disent regretter le choix de la mairie. «C'est un pas dans la mauvaise direction pour Copenhague - une ville connue partout dans le monde pour sa durabilité, son urbanisme innovant et sa mobilité urbaine. Surtout à un moment où nous luttons toujours contre la pandémie de coronavirus […] la trottinette est un moyen de transport extérieur sûr qui permet aux utilisateurs de garder facilement leurs distances»,  a déclaré au journal Ekstra Bladet, Florian Anders, responsable de la communication de Lime. «En conséquence de la décision d'aujourd'hui, nous prendrons les mesures nécessaires», poursuit-il. Sans plus de précision. Action en justice à l’horizon ?

Avant d’en arriver là, les opérateurs entrevoient une petite lueur d’espoir. Le 20 octobre, la municipalité de Copenhague les recevra. Les sociétés de location se dites prêtes à améliorer leurs infrastructures. Trop tard, répond le comité technique et environnemental de la ville. Le ton est donné. Lime semble s’être fait une raison et lance un service de location de vélos électriques. Depuis samedi 10 octobre, 150 bicyclettes sont disponibles à la location dans les rues de la ville.