Convention climat: le début du renoncement

Le 08 octobre 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pas contents les Conventionnels.
Pas contents les Conventionnels.
DR

Le gouvernement annonce de possibles renoncements à ses engagements environnementaux.

Les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 auront-elles la peau de l’ambition écologique française ? On est tenté de le craindre à mesure que se multiplient les mesures défavorables à l’environnement et au climat.

Depuis quelques semaines, on a assisté à une reprise avec filtre (et non sans, comme promis) des mesures proposées par la Convention citoyenne pour le climat (CCC), une révision à la baisse des mesures visant à prévenir les accidents industriels.

Depuis l’ouverture de la session parlementaire, les députés ont réautorisé l’usage des insecticides néonicotinoïdes, détricoté le droit de l’environnement. Ils s’apprêtent désormais à signer la mise à mort d’une taxe sur les hydrofluorocarbures, qui comptent parmi les plus puissants des gaz à effet de serre. Et ce n’est, peut-être, qu’un début.

plus de temps

Mercredi soir, au journal télévisé de TF1 et de France 2, le président de la république a reconnu qu'il faudrait «peut-être prendre un peu plus de temps» pour la mise en œuvre de certaines propositions de la CCC, citant notamment le secteur aérien.

Les éléments de langage présidentiel ont été repris par la ministre de la transition écologique. Revenant sur les mesures proposées par les Conventionnels, Barbara Pompili a estimé, sur les ondes de France Info, qu’ils s‘agissait «de bonnes propositions mais simplement on va essayer de les repousser un tout petit peu dans le temps, pour les appliquer au moment où le secteur aura un petit peu repris son souffle.» La présentation du projet de loi reprenant les mesures des Conventionnels est attendue pour la fin de l’année.

«La seule chose qu'on demande, c'est la transparence et la clarté. S'il doit y avoir de nouveaux jokers, qu'on le dise, on ne sera pas content mais on préfère un discours de franchise. C'est ce qui a commencé à être fait hier (mercredi), on préfère encore ça que les petites phrases ou les comparaisons déplacées», a répondu à l’AFP Grégoire Fraty, coprésident de l'association Les 150, créée par des participants à la CCC.