CO2 : les constructeurs automobiles jouent avec le feu

Le 01 juillet 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
SUV
SUV

Malgré des normes européennes plus strictes, les émissions moyennes des véhicules neufs de tourisme ont augmenté de 1,6g CO2/km en 2019. La faute au marché de l’électrique qui peine à décoller et des SUV plébiscités par les consommateurs. 

 

L’histoire se répète. Après une baisse régulière des émissions de CO2 du parc automobile européen entre 2010 et 2016 de près de 22 grammes de CO2 par kilomètre (g CO2 / km), les émissions n’ont eu de cesse d’augmenter. En 2017 et 2018, elles ont bondi de 2,8 gCO2/km.

Et la tendance se confirme [i] Selon les dernière estimations de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), 2019 marque une nouvelle hausse de 1,6g CO2/km et fixe la moyenne européenne à 122,4g CO2/km pour les voitures neuves.

Grossophobie. En France, les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), ont proposé d’appliquer un malus calculé en fonction de la masse des véhicules. Cette solution a été retenue par le président de la République Emmanuel Macron.
 

La faute à qui ?

Selon l’AEE, ses résultats s’expliquent, par une pénétration du marché des voitures électriques « restée lente en 2019 ». Sur les 15,5 millions de véhicules vendus l'année dernière, 3,5% étaient électriques, hybrides ou à hydrogène (2% en 2018). Sur le segment des utilitaires, la part des modèles électrifiés est passée de 0,8% à 1,3% en un an. Les deux premières marches du podium restent occupées par les indéboulonnables modèles essence (59% des ventes), et diesel (31%).

Mais l’AEE pointe surtout du doigt un segment particulièrement lucratif. « Les raisons de l'augmentation des émissions des voitures tiennent à la part croissante du segment des véhicules utilitaires sport (SUV) ». En Europe, leurs parts de marché sont passées de 7% à 36% entre 2009 et 2018.

Et les consommateurs en redemandent. A eux seuls, les SUV ont représenté 38% des nouvelles immatriculations en 2019. Pour ne rien arranger, ils sont « plus lourds, ont des moteurs plus puissants - des caractéristiques qui augmentent la consommation de carburant », rappelle l’AEE. La masse moyenne des SUV a augmenté de 30 kg de 2018 à 2019. Leurs émissions moyennes sont de 134 g de CO2 / km, soit environ 13 g de CO2 / km de plus que les autres voitures neuves.  

Une échéance toute proche

A terme, ces SUV risquent d’entraver la marche des constructeurs vers la décarbonation. La réglementation européenne fixe un objectif de 95 g CO2/km pour début 2021. Si les constructeurs n’atteignent pas l’objectif, ils se verront infligés d’importantes amendes. Contacté par Le JDLE, la présidente de la commission transport au parlement européen veut encore y croire. «Lorsque l’on fait une norme à l’échelle européenne c’est qu’elle est applicable. Maintenant il faut accompagner les constructeurs pour qu’ils prennent vraiment ce virage», tonne Karima Delli. Première étape selon elle : «qu’on arrête de faire de la publicité pour ce type de véhicules.»

 


[i] 'Les données concernes les pays de l’Union européenne (UE), l’Islande, la Norvège et le Royaume-Uni