Chasse: répit confirmé pour le coulis cendré et la barge à queue noire

Le 29 juin 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le courlis cendré, espèce quasi-menacée
Le courlis cendré, espèce quasi-menacée

La chasse du courlis cendré et de la barge à queue noire, deux espèces soumises à une gestion adaptative, sera suspendue pendant la saison 2020-21, selon deux arrêtés mis en consultation par le ministère de la transition écologique.

Selon un décret mis en consultation en février, non publié à ce jour, quatre espèces, vulnérables ou quasi-menacées, sont soumises à gestion adaptative: le courlis cendré, la barge à queue noire, la tourterelle des bois et le grand tétras.

La gestion adaptative, en cours de formalisation, consiste à «consiste à ajuster régulièrement les prélèvements de ces espèces en fonction de l'état de conservation de leur population et de leur habitat, en s'appuyant sur les connaissances scientifiques relatives à ces populations», rappelle la loi portant création de l’Office français de la biodiversité (OFB) de juillet 2019, qui en fixe le principe.

Selon la Ligue de protection des oiseaux (LPO), «a priori favorable à la gestion adaptative si son but est de maintenir les espèces dans un bon état de conservation», il ne s’agit que d’«une manipulation pour continuer de chasser en France des espèces en mauvais état de conservation».

Le courlis cendré secouru par le Conseil d’Etat

Pour la saison 2019-2020, l’Etat était passé outre les recommandations du comité d’experts sur la gestion d’adaptative (Cega): au lieu du quota zéro recommandé, il avait autorisé le prélèvement de 6.000 individus. Saisi par la LPO, le Conseil d’Etat avait suspendu l’arrêté fin août 2019.

Echaudé par l’expérience, l’Etat a décidé de ne pas la revivre: dans un arrêté soumis à consultation depuis vendredi 26 juin jusqu'au vendredi 17 juillet, le ministère propose une suspension de la chasse du courlis cendré pour la saison de chasse 2020-2021, effective jusqu’au 30 juillet 2021.

Idem pour la barge à queue noire, qui fait l’objet d’un arrêté soumis à consultation lundi 29 juin pour une durée de trois semaines. L’Etat avait déjà suspendu la chasse en 2019, s’avérant plus prudent que le Cega –qui avait fixé un quota de 210 barges pour la saison 2020-2021. La barge a déjà l’objet de trois périodes de suspension de a chasse, de 2008 à 2013, de 2015 à 2018 et de 2019 à 2020, rappelle le ministère.

Pas d’arrêt pour la chasse ‘traditionnelle’

D’autres espèces, celles visées par les moyens de chasse traditionnelle, n’auront pas la même chance: soumis à consultation depuis vendredi par le biais de trois arrêtés ministériels (ici, et ), les quotas seront reconduits à l’identique que lors de la saison précédente.

Il s’agit de la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le sud-est, la chasse de l’alouette des champs à l’aide de pantes et de matoles dans le sud-ouest, la chasse des grives, du merle noir, du vanneau et du pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.