Ca s’est passé en août

Le 24 août 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Plus de 400.00 hectares ont déjà brûlés en Californie.
Plus de 400.00 hectares ont déjà brûlés en Californie.
CalFire

Des torpilles allemandes au traité Europe-Mercosur, en passant par les projets environnementaux du ministre de la justice et les nouveautés vegan de Nestlé. L'actualité écologique a été riche ces dernières semaines. Petite synthèse.

Trois mois avant l’échéance présidentielle, la politique américaine ne pouvait prendre de vacances. Elle ne l’a pas fait. La semaine passée, les militants démocrates ont officiellement investi leurs candidats à la maison blanche: Kamala Harris, pour le poste de vice-présidente, et Joe Biden pour la fonction suprême. S’il caracole en tête de tous les sondages, le «ticket» du parti de l’âne n’est pas encore élu.

Pour autant, leur entrée à la Maison blanche, en janvier prochain, pourrait radicalement changer la politique environnementale américaine. La plateforme politique du parti démocrate prévoit une nouvelle ratification de l’accord de Paris, d’abattre de 80 % les émissions nationales de GES entre 2005 et 2050 (Hillary Clinton visait la neutralité carbone, en 2016), de produire la moitié de l’électricité à partir d’énergies décarbonées (contre 37 % aujourd’hui) en 2030.

tarification du carbone US

Ce qui suppose de moderniser les réseaux électriques américains: autre promesse électorale. Joe Biden et Kamala Harris se prononcent aussi en faveur d’une tarification des émissions de CO2, sans préciser s’ils penchent pour une taxe carbone ou des marchés de quotas, comparables à la WCI québéco-californienne et à la RGGI du nord-est. L’ancien vice-président de Barack Obama veut aussi poursuivre l’œuvre de son ancien patron, en imposant les anciennes normes d’efficacité énergétique de l’automobile (abrogée par Donald Trump), les règles anti pollution du Clean Power Plan (jamais appliquées).

Sous la présidence Biden, les entreprises cotées auront l’obligation d’informer leurs actionnaires des risques que le changement climatique fait courir à leurs activités, sous peine de poursuite. Sans être opposé à l’exploitation des hydrocarbures, le duo Biden-Harris veut durcir l’encadrement réglementaire du fracking et interdire l’exploitation de l’huile ou du gaz, au large des plages de l’Atlantique et dans les réserves naturelles de l’Alaska. Directement ou indirectement, le climat risque d’être l’une des thématiques majeures de cette élection. Signe de l’importance du sujet : un groupe de donateurs pro-climat a levé 15 millions pour financer la campagne des démocrates, révèle The New York Times. Une première !

la proue sabordée

Première politique d’un autre type: Boris Johnson tient une promesse environnementale. Le premier ministre britannique a dévoilé, le 20 août, un projet de loi fixant les priorités environnementales du royaume. Appelé à succéder au droit communautaire, le texte veut fluidifier l’économie circulaire en rétablissant la consigne des déchets recyclables, fixant des objectifs légalement contraignant de concentration dans l’air de polluants, accroître les superficies d’espaces naturels protégés et réduire les pollutions de l’eau d’origine agricole et urbaine. Ces objectifs seront fixés pour 15 ans, mais réévalués tous les 5 ans.

L’Île Maurice s’apprête à refermer le chapitre de sa première marée noire. Un mois après que le vraquier japonais Wakashio se soit échoué sur un platier corallien, au sud-ouest de l’île, les autorités ont fait remorquer par la compagnie spécialisée Smit Salvage l’avant du navire brisé en deux. Longue de plus de 200 mètres, cette partie a été immergée, le 20 août, par 3.000 mètres de fond, à 25 km au large. Avec le soutien de techniciens français (Cedre, FAZSOI), les services mauriciens achèvent le nettoiement de la mangrove d’Esny (un site Ramsar) souillée par une fuite d’hydrocarbure, occasionnée le 16 août, par la rupture de la coque. Selon le comité national de crise mauricien, 1.000 tonnes de fioul se sont déversées dans le lagon. Les 200 tonnes de gazole, 90 tonnes de lubrifiants et 2.800 tonnes de fioul qui se trouvaient dans les réservoirs de la poupe ont été pompées.

une boîte de thon sans thon

Nestlé peut regarder ce type d’événement avec un certain détachement. La multinationale suisse a annoncé, le 20 août, le lancement d’une conserve de thon sans … thon. Distribué sous la marque Garden Gourmet, «sensational Vuna» contient six ingrédients dont des protéines de pois, de blé, d’huile végétale, et d’arômes naturels, indique le géant de l’agroalimentaire. Cette alternative au thon a été conçue dans le centre de recherche Nestlé à Lausanne, où furent déjà créés les burgers, chicken nuggets et saucisses à base végétale. En lançant, en Suisse d’abord, ce thon sans thon, Nestlé confirme son intérêt pour l’alimentation vegan. En 2019, la vente de produit sans viande a représenté un chiffre d’affaires supérieur à 200 millions d’euros pour le groupe de Vevey.

Autre confirmation d’une autre tendance lourde: les méga feux en Californie. Chaque année, le Golden State subit des incendies toujours plus violents et dévastateurs. Contrairement aux années précédentes, les foyers ont été déclenchés par des milliers d’éclairs d’orages secs. Frappant des forêts desséchées par des mois de sécheresse et des températures hors normes (on a relevé des températures supérieures à 50°C dans la vallée de la mort, à la mi-août), la foudre a provoqué des centaines de départ de feux simultanés, ces derniers jours.

toujours plus de feux en Californie

Selon un décompte de Calfire, l'agence californienne de lutte contre les incendies, 400.000 hectares ont été dévorés par les flammes la semaine passée: quatre fois plus que durant toute la saison des feux 2019! La situation est d’une gravité inédite. La totalité des moyens humains (14.000 pompiers) et techniques des soldats du feu californiens est engagée pour lutter contre 7.000 foyers. Or, avec le changement climatique, la saison des incendies s’est allongée. Dans les années 1970, les forêts brûlaient pendant 140 jours par an, en moyenne, contre 230 jours depuis le début du siècle.

S’il est un document qui risque d’être prochainement recouvert de cendres, c’est bien le projet de traité de libre-échange entre l’Union européenne et les pays sud-américains du Mercosur. En fin de semaine dernière, le gouvernement allemand a, pour la première fois, exprimé ses doutes quant à l’avenir de cet accord commercial qui doit libéraliser les échanges entre le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay et les 27. «Nous avons de sérieux doutes sur le fait que l'accord pourra être appliqué comme prévu, lorsque l'on voit la situation» en Amazonie, a affirmé le porte-parole de la chancelière d’Allemagne, Steffen Seibert.

Signé en 2019, l’accord doit être ratifié par les parlements nationaux pour avoir force de loi. Or, les parlementaires autrichiens et néerlandais l’ont déjà rejeté. L’an passé, le président Emmanuel Macron avait menacé de bloquer l'accord, si le gouvernement brésilien ne prenait pas les mesures nécessaires pour protéger la forêt. Entre juillet 2019 et juillet 2020, les incendies ont progressé de 28% en Amazonie brésilienne. 

L’Amazonie, il en a été peu question lors des Journées d'été des écologistes, qui se sont achevées le 22 août, jour du dépassement. Ce n’est pas pour cela que les écolos ont omis d’évoquer la biodiversité. De préférence avec des contradicteurs. Ouverts au dialogue, les écologistes avaient invité le ministre de la justice, Eric Dupont-Moretti, auteur (avant d’être ministre) de la préface du livre du président de la fédération des chasseurs dans laquelle il dénonce les «ayatollahs de l'écologie». L’ancien avocat a précisé que son adresse visait non pas «tous les écologistes», mais les seuls extrémistes, qu’ils soient écolos ou chasseurs. L'ancien ténor du barreau a également annoncé qu'il renforcera la répression des «atteintes majeures à l'air, l'eau et le sol». Sans vouloir reprendre à son compte le terme d’écocide, déjà battu en brèche par sa prédécesseur Nicole Belloubet, le juriste a précisé que la création de ce qui sera probablement un délit serait débattue lors du vote du texte qui transcrira en droit français du règlement européen portant création du parquet européen.

Last but not least, le jour du dépassement s’est produit plus tard que d’habitude. C’est le 22 août que l’Humanité a consommé plus de ressources qu’elle peut produire et plus de déchets qu’elle peut traiter en un an. Soit 24 jours après le jour du dépassement enregistré l’an dernier (29 juillet), selon l’ONG Global Footprint Network. Covid-19 oblige, le rythme de production et de consommation des ressources est revenu à un niveau proche de 2010, le jour du dépassement s’étant produit cette année-là le 28 août. Pour mémoire il a été enregistré le 3 novembre en 1980 et le 4 octobre en 2000.