Aux Etats-Unis, les émissions des avions dans le collimateur

Le 13 mai 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'OACI appelle à un gel des émissions via la mise en place dès 2021 d'un mécanisme de limitation des émissions de GES.
L'OACI appelle à un gel des émissions via la mise en place dès 2021 d'un mécanisme de limitation des émissions de GES.

L’agence de protection de l’environnement (EPA) des Etats-Unis présente la première norme d'émission de CO2 des avions commerciaux. Ses contours demeurent flous.  

 

Une première. Début mai, l'Environmental Protection Agency (EPA) a envoyé pour examen une proposition de norme d'émission de gaz à effet de serre (GES) des avions au Bureau de la gestion et du budget des Etats-Unis. Elle se fonde sur une interprétation du Clean Air Act selon laquelle les émissions carbonées des aéronefs posent un problème de santé publique.

La proportion de réduction des émissions demandée n’est pas encore connue. Mais il est peu probable que l'effort demandé par l'administration Trump aux compagnies aériennes US aille au-delà des objectifs de l’OACI. L’Organisation de l’aviation civile internationale appelle à un gel des émissions via la mise en place, dès 2021, du système Corsia. Les transporteurs devront affréter des avions plus économes, utiliser des biocarburants et mettre en oeuvre des systèmes de compensation.  

Le brouillard de la Covid-19

La crise de la Covid-19 ayant occasionné une chute vertigineuse des émissions des avions pour le premier trimestre 2020, l'industrie a d’ores et déjà demandé à ce que la base de référence repose sur 2019.

Ce qui n’est pas du gout des écologistes. Les ONG estiment que les dispositions de l'OACI sont trop peu ambitieuses et s'opposent à d’éventuels ajustements. Le Center for Biological Diversity suggère que les États-Unis plafonnent les émissions de l'aviation au niveau de 2020. Au vu des conséquences de la crise sanitaire sur les compagnies aériennes, il est peu probable que l’EPA impose de tels efforts. Rendez-vous dans un an, lors de la publication de la norme définitive.