Après-Kyoto: les Etats-Unis «discutent» d’objectifs de réduction

Le 05 février 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Totalisant 80% des émissions de gaz à effet de serre (GES), les plus gros émetteurs planétaires réunis lors du Major economies meeting, dit Mem (1), fin janvier à Honolulu (Hawaii) ont littéralement applaudi les Etats-Unis pour leurs progrès. Auparavant réticent à tout objectif de réduction de ses GES, le pays «discute» actuellement de ce thème.

«Nous saluons ce mouvement, a déclaré Brice Lalonde, ambassadeur Climat pour la France. Bien sûr, nous attendons que les USA franchissent la prochaine étape, qui consiste à se fixer des objectifs de réduction de GES, et à rejoindre ainsi tous les pays développés.»

Très critiqués sur leur position anti-Kyoto lors du premier Mem de Washington, en septembre dernier, les Etats-Unis s’en sortent mieux en laissant penser qu’ils ne bloqueront plus tout progrès vers l’adoption d’un traité post-Kyoto en 2009, à Copenhague (Danemark).

(1) Réunion des 17 principales économies – et donc des principaux pollueurs: G8, Chine, Inde, Australie, Brésil, Indonésie, Mexique, Afrique du Sud, Corée du Sud et UE