Alstom teste un train à hydrogène en Autriche

Le 14 septembre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En Autriche, le train Coradia iLint va transporter pendant trois mois des passagers sur des itinéraires géographiquement difficiles.
En Autriche, le train Coradia iLint va transporter pendant trois mois des passagers sur des itinéraires géographiquement difficiles.
Marek Knopp

Après des essais réussis en Allemagne, le français Alstom a annoncé, vendredi 11 septembre, qu’il allait tester son premier train à hydrogène en Autriche.

 

Jusqu’à la fin novembre, l’industriel tricolore Alstom va tester un train à hydrogène en Autriche. Il assurera un service voyageurs régulier dans le sud du pays, pour la compagnie ferroviaire autrichienne ÖBB.

Premier train à hydrogène

Le train, baptisé Coradia iLint, est présenté par Alstom comme le premier train de passagers au monde à fonctionner à l’aide d’une pile à hydrogène. Conçu spécialement pour les lignes non électrifiés, il peut circuler à une vitesse maximale de 140 km/h.

Déjà testé en septembre 2018 en Basse-Saxe (Allemagne), «après un an et demi d’essais et plus de 180.000 kilomètres parcourus», le feu vert a été donné pour la livraison de 14 trains de série dès 2022, s’est félicité l’industriel. Alstom a déjà vendu 41 de ces trains à hydrogène en Allemagne. D'autres pays comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas,  l’Italie et la France s'y intéressent.

Quid de la France ?

Mais si côté Allemagne et Autriche le projet avance, en France, l’affichage annonce un retard.  Les premiers trains à hydrogène devaient être exploités en 2022. La SNCF devait signer l’acquisition des premiers trains l’année dernière. Ce qui n’a toujours pas été fait. «Le projet a pris quelque part un an de retard», regrettait mercredi dernier le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, sur France Info. Et d’ajouter : «J'espère et je pense que le plan de relance va accélérer cela et que cette commande va pouvoir être finalisée. Mais du coup, les trains seront disponibles un an plus tard», a-t-il ajouté. Justement le gouvernement a lancé un grand plan hydrogène de 7 Md€ qui comporte un volet mobilité. Le coup d’accélérateur tant attendu ?