Aix-Marseille lance un service de location de vélos longue-durée

Le 06 octobre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La métropole propose trois types de vélo : classique, pliable et cargo.
La métropole propose trois types de vélo : classique, pliable et cargo.
© David Girard / MAMP

La Métropole provençale lance un service de location longue durée de vélos électriques. Première salve : 2.000 cycles.

 

Ce n’est plus un scoop, à Marseille, on tousse. Avec un taux de congestion de 35% la ville n’a rien à envier aux embouteillages des grandes métropoles nord-américaines. Lors du Conseil municipal de Marseille, lundi 5 octobre, Laure-Agnès Caradec, vice-présidente de la Métropole en charge de l’urbanisme et de l’aménagement, a annoncé le lancement du service de location longue durée de vélos électriques baptisé «Levélo+». Objectif : remettre en selle les habitants de la métropole.

Vélos pliants

Comme les usagers du service francilien Véligo, les habitants de la métropole pourront louer un vélo à assistance électrique pendant plusieurs mois jusqu’à un an. Plusieurs tarifs sont proposés. Un abonnement tout public de 39€ par mois et des tarifs préférentiels. Par exemple : comptez 24€ par mois pour les étudiants et les seniors.

Différents types de bicyclette seront disponibles ; un classique, un pliable et un «familial» embarquant deux sièges enfants. «Le vélo familiale répondra plus aux demandes liées aux week-end, aux balades etc. Le vélo pliable en revanche concerne directement les actifs», indique un porte-parole de la métropole. Les abonnements sont éligibles à la prise en charge employeur à hauteur de 50%.

Et après ?

Dans un premier temps, 2.000 vélos seront distribués sur le territoire. 10 boutiques mobiles «levélo+» seront déployées à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, La Ciotat, Martigues, Istres, Vitrolles, Miramas, Salon de Provence et Pertuis.

«Nous ne savons pas encore si le service va trouver son public», affirme-t-on à la métropole. Si c’est le cas, d’autres vélos seront déployés.

Ce service fait partie d’un tout. «Nous nous sommes dotés d’un agenda environnemental. Ce sont certes les vélos, mais aussi la piétonisation du centre-ville de Marseille et l’instauration d’une ZFE en 2021, c’est complémentaire».

Classée ville la moins cyclable de France, la métropole marseillaise met en service des infrastructures essentielles. «Par exemple, 27 hangars à vélo sécurisés ont été installés sur le territoire. 16 autres sont attendus à horizon 2021», développe le porte-parole. Le succès de Levélo+ dépendra la disponibilité de ces infrastructures et de l’installation ou la pérennisation de coronapistes. Mais sur ce dernier point, ce sont les mairies qui ont la main.