Adresse présidentielle: Barbara Pompili n’est pas convaincue

Le 16 juin 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les députés ne sont pas encore déconfinés.
Les députés ne sont pas encore déconfinés.
DR

La députée de la Somme critique la vision présidentielle de la relance économique.

La dernière adresse du président de la république n’a pas convaincu tout le monde. Et certainement pas Barbara Pompili. Tout occupée qu’elle est à la création de l’association En Mouvement !, la députée (LREM) de la Somme ne partage pas l’optimisme du président de la République. «Il nous faut créer les emplois de demain par la reconstruction écologique qui réconcilie production et climat: avec un plan de modernisation du pays autour de la rénovation thermique de nos bâtiments, des transports moins polluants, du soutien aux industries vertes. Cela passera aussi par l’accélération de notre stratégie maritime, nous qui sommes la deuxième puissance océanique mondiale», rappelait Emmanuel Macron, le 14 juin.

des moyens et des mesures claires

Regrettant la dispersion des actions de l’Etat, l’ancienne secrétaire d’Etat à la biodiversité aimerait créer différemment le «monde d’après». «D’expérience, je me méfie des mots, souligne l’ancienne élue EELV. Si l’on veut reconstruire, pour reprendre l’expression du président de la République, il faudra des moyens, des mesures claires …»

Ce que l’on peine à entrevoir, sauf si l’on s’intéresse à l’automobile, au transport aérien et au tourisme. «Je ne suis pas très à l’aise avec cette relance sectorielle. Elle fait perdre la vision globale de cette relance. »

Et, peut-être, son efficacité? La petite fille de mineur craint que certains soutiens massifs prolonge la vie d’industries sur un déclin irrémédiable. «Ce qui retardera l’accompagnement des régions sinistrées», estime la présidente de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale.

attentes sociétales

Pour tenter de corriger la focale présidentielle, En Mouvement ! participera, dans quelques jours, à un grand brainstorming au Cese avec les syndicats et ONG à l’origine du Pacte du pouvoir de vivre. Objectif: rappeler aux pouvoirs publics les attentes environnementales, sociales et économiques de la société civile, avant que ces derniers ne rédigent le grand plan de relance.

Devant être présenté au mois de septembre, ce vaste programme devra, insiste Barbara Pompili, être conforme à la stratégie nationale bas carbone et aux recommandations du Haut conseil pour le climat. Et accessoirement, reprendre les préconisations que la convention citoyenne pour le climat présentera en fin de semaine.