A Paris, un déconfinement coordonné

Le 05 mai 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

Le plan de la Ville de Paris, "Paris du déconfinement", a été présenté ce mardi 5 mai par la municipalité. En collaboration avec les mairies d’arrondissement, la préfecture ou encore les départements, elle tente d’organiser un déconfinement strict et où piétons et vélos seraient prioritaires à partir du 11 mai. 

 

Edouard Philippe présentait mardi 28 avril le plan de déconfinement de l’exécutif. Le gouvernement avait expliqué qu’il s’appuierait sur les maires et les préfets pour «adapter localement» la stratégie.

Pour Paris, ladite stratégie a été présentée ce mardi 5 mai, lors d’une visioconférence. Christophe Nadjovski, adjoint à la mairie de Paris en charge des transports, de la voirie, des déplacements et de l’espace public, a expliqué que la municipalité «travaillait à l’adaptation de l’espace publique en période de sortie de confinement, pour faire respecter la distanciation et éviter un retour massif de la voiture». Le tout en se coordonnant avec les départements de la petite couronne et la préfecture.

Détente. Bonne nouvelle pour ceux qui trépignent à l’idée de retourner dans un parc. «Bien que nous soyons en zone rouge, je souhaite que les parcs et jardins, ainsi que les bois, puissent être des lieux de promenade et de respiration», a détaillé Anne Hidalgo dans un entretien au Parisien. L’élue a cependant précisé que pique-niques ou encore pratiques sportives collectives resteront vraisemblablement interdites.

 

Continuité cyclable 

Dans la capitale, la municipalité, qui gère 95% de la voierie, compte aménager des pistes cyclables temporaires, le long des lignes de métros les plus fréquentées (soit les lignes 1, 4 et 13 dans un premier temps). 50km de voirie seront temporairement réservés au vélo notamment rue de Rivoli, la porte d'Orléans, le boulevard Saint-Michel, le tunnel de l'Etoile et la porte Maillot. Pour éviter les ruptures d’itinéraires cyclables aux portes de Paris et au-delà, un travail à l’échelle métropolitaine a été engagé avec les départements de la petite couronne. «C’est le préfet d’Ile-de-France Michel Cadot, qui coordonne ces aménagements des pistes cyclables», indique Christophe Nadjovski. «Nous avons encore beaucoup de travaux à mener, cela se fera au long court et prendra plusieurs semaine», voire plus, prévient l’élu écologiste. Si besoin, la préfecture pourra prendre des arrêtés afin de «favoriser les alternatives vertueuses aux transports collectif».

Les franciliens qui se déplacent en voiture pourront se garer dans des parkings relais et des parcs de stationnement de la ville aux portes de Paris. Où le nombre de places de stationnement sera triplé. 2.000 d’entre elles seront gratuites pour les titulaires du pass Navigo. Des discussions sont en cours avec le groupe Viparis afin d’ouvrir aux automobiles le Parc des expositions Porte de Versailles (15ème arrondissement). De quoi porter l’offre à 3.000 places disponibles.

Port du masque recommandé

Les abords des gares, de pôles comme les Halles seront, quant à eux, piétonnisés. Au même titre qu’une trentaine de rues identifiées par les mairies d’arrondissement. Elles vont être progressivement aménagées avec des trottoirs élargis pour les passants, et des marquages au sol pour les files d’attente. Une démarche déjà formalisée rue du Poteau, dans le 18ème arrondissement.  

Marcher oui, mais en sécurité. A défaut de pouvoir l’imposer, la municipalité invite les parisiens à porter un masque dans l’espace public. En effet, le code de la santé publique prévoit que c’est au  préfet de police, habilité par le Premier ministre ou le ministre de la Santé, de prendre des mesures générales et individuelles « strictement nécessaires et proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu ». Par ailleurs, du gel hydroalcoolique sera mis à disposition devant les équipements municipaux. Anne Hidalgo a assuré travailler avec les opérateurs de transports publics pour que soient installés des distributeurs de gel aux abords des stations et des abris bus.