A Paris, 50% des places de stationnement seront supprimées

Le 21 octobre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les parisiens pourront choisir la manière dont seront aménagées les places de stationnement supprimées.
Les parisiens pourront choisir la manière dont seront aménagées les places de stationnement supprimées.
Pixabay

La mairie de Paris veut supprimer 70.000 places de parking en surface.

 

C’était une promesse de campagne de la maire de Paris : réduire la place de la voiture en ville. Mardi 20 octobre, Anne Hidalgo a commencé à tenir parole. L’édile socialiste a lancé une concertation. En ligne, les Parisienspourront répondre à une question simple: «que feriez-vous de 10 m2 en bas de chez vous ?». Cette petite surface correspond à celle occupée généralement par un véhicule léger.. Dans l’idéal, la municipalité souhaite récupérer 70.000 places de stationnement : la moitié du parc parisien.

En charge de la transformation de l'espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voirie, David Belliard (EELV) a remis le sujet sur la table, dans un entretien pour le Parisien. Selon l’élu écologiste, les franciliens adeptes de a voiture ourront se garer dans les parkings privés. «L'idée est de leur permettre (aux automobilistes ndlr) de la garer dans un parking souterrain à des tarifs convenables en optimisant le gisement des places en sous-sol». L’élu espère faire baisser les tarifs en négociant avec les gestionnaires de parkings.

Rendre l’espace aux parisiens

L'objectif est de débitumer et de végétaliser la ville pour préparer des périodes de canicule. Seront aménagées de nouvelles infrastructures vélo, des jardins, du mobilier urbain, des toilettes publiques, fontaines, terrasses de café, équipements sportifs etc.

 «Nous voulons rendre l'air plus respirable et rendre l'espace public aux Parisiens qui vivent souvent dans des appartements exigus — la surface moyenne est seulement de 30 mètres carrés — et aspirent à plus de calme. 60 % des nuisances sonores sont liées à la circulation», a-t-il justifié.

Ce sont donc les parisiens qui trancheront, par le biais de la consultation sur internet. Une convention citoyenne est aussi prévue. Des Parisiens tirés au sort proposeront des idées d'aménagement à prévoir pour ces espaces. Rendez-vous est donné en novembre.

Le stationnement des deux-roues motorisés devraient être rendu payant et la vitesse de circulation dans la ville abaissée à 30 km/h.