A l’arrêt pendant deux mois, le covoiturage peine à redémarrer

Le 19 mai 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un bilan général sur l’activité de covoiturage sera dressé début juin, après publication du registre de preuve du covoiturage.
Un bilan général sur l’activité de covoiturage sera dressé début juin, après publication du registre de preuve du covoiturage.

Le gouvernement invite les Français à se tourner vers les mobilités alternatives comme le covoiturage. Malgré les incitations, la reprise est lente.

 

Pour éviter embouteillages, pollution de l’air, et engorgement des transports publics, le gouvernement demande aux Français de privilégier d’autres mobilités à partir du 11 mai. «J’invite les Franciliens qui sont dans la nécessité de se déplacer et de se rendre au travail à pratiquer le covoiturage s’ils ne peuvent prendre les transports en commun», avait lancé Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux Transports. Dans la foulée, le ministère de la transition écologique et solidaire a annoncé, la semaine dernière, l’ouverture de deux voies temporaires réservées à ce service sur les autoroutes franciliennes A1 et A6A. Le forfait mobilités durables, qui concerne aussi le covoiturage, est quant à lui entré en vigueur avec deux mois d’avance.  

Distanciation en covoiturage. Le site du ministère de la transition écologique et solidaire précise que «le port d’un masque couvrant le nez et la bouche pour le conducteur et les passagers à partir de 11 ans» est obligatoire. Un seul passager «est admis dans le véhicule» et il doit prendre place à l’arrière. Un conducteur peut refuser l’accès à sa voiture à une personne qui n’est pas munie d’un masque.

Service partiel

Mais ces incitations peinent à convaincre. Depuis le lundi 11 mai, le nombre de conducteurs inscrits sur la plateforme Citygo est pourtant reparti à la hausse : +200% depuis la fin du confinement. Le nombre de passagers a doublé et celui des trajets a triplé. Des chiffres en demi teinte, de l’avis du président de Citygo : «nous sommes à environ 50% des niveaux d’avant confinement côté usagers, et 40% côté conducteurs actifs». Mais cela pourrait s’améliorer. «D’ici la mi-juin, l’anxiété causée par la Covid19, devrait commencer à s’estomper », espère Patrick Robinson Clough. « Et les incitations du gouvernement sont encourageantes, nous espérons atteindre 80% des niveaux d’avant confinement d’ici septembre ».

Chez la concurrence aussi l’allure est modérée. La plateforme Lane elle, n’a repris le service que lundi 18 mai. BlaBlaCar demande à ses utilisateurs de respecter les recommandations officielles. Y compris l’interdiction de déplacement au-delà des 100km sauf motif impérieux. Le comble pour le leader et spécialiste des trajets longue distance.

Un premier bilan général sur l’activité de covoiturage sera dressé début juin. Et ce, après publication du registre de preuve du covoiturage, une plateforme de l’Etat.