3 questions à Stéphane Leterrier, DG de Coved

Le 17 juillet 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Stéphane Leterrier, directeur général de Coved, filiale du groupe Paprec
Stéphane Leterrier, directeur général de Coved, filiale du groupe Paprec
Stéphane GRANGIER

La perte d’un marché est chose courante dans le secteur de la collecte des déchets. Elle a toutefois pris un tour particulier dans le Calvados, à cause d’un climat social très tendu avec les opérateurs de collecte. Stéphane Leterrier, directeur général de Coved, a répondu à nos questions, alors que sa société –filiale du groupe Paprec, laissera la place à Derichebourg, dans la communauté urbaine Cœur de Nacre, à partir de janvier 2021.

Des salariés ont dénoncé une détérioration des conditions de travail depuis l’arrivée de la Coved en 2016. Que se passe-t-il lorsqu’un marché change de main ?

Tout d’abord, je voudrais dire que le suicide de Stéphano Patry (le 5 juin, ndlr) est un drame humain, pour lui, sa famille, ses proches et ses anciens collègues. Mais je tiens aussi à préciser que ce drame a été récupéré de façon honteuse par une personne par ailleurs délégué syndical de la CGT. Monsieur Patry était chauffeur d’un camion-benne de 26 tonnes. Son alcoolisation avait été constatée par la police. Son camion avait dû être immobilisé pendant 4 heures. Il est de notre responsabilité à Coved de faire respecter les consignes de sécurité. C’est pourquoi il a été licencié.

Les conditions de travail ont-elles changé depuis le 1er janvier 2016, comme l’affirment les syndicats CGT et CFDT ?

La convention collective applicable au secteur des déchets impose à tout nouveau délégataire d’un marché de reprendre l’intégralité du personnel en place selon les conditions de rémunération prévues dans son contrat de travail. Son salaire brut ne peut donc pas changer, ni la prise en compte de son ancienneté. En revanche, les avantages comme les primes et les accords sociaux ne sont pas concernés. Si certaines primes accordées par le délégataire précédent, Derichebourg, ont disparu, les salaires ont augmenté de 3% en moyenne par an pendant les 5 ans de notre contrat avec la communauté de commune Cœur de Nacre.

L’organisation des tournées peut impliquer des changements importants dans une journée de travail ?

Selon la quantité de travail, il y aura en effet 1 ou 2 ripeurs à l’arrière du camion. Mais je peux vous assurer qu’il n’y a pas de surcharge excessive de travail dans ces deux sites de la banlieue de Caen. Le programme de travail des salariés est similaire aux 100 autres sites que Coved gère en France, dont un tiers sont dédiés à la collecte des déchets ménagers.