«Zones noires»: dépôt d’un référé par les victimes des inondations

Le 15 avril 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'association des victimes des inondations de la Faute-sur-Mer, de l'Aiguillon-sur-Mer et des environs (AVIF) a déposé jeudi 15 avril au tribunal administratif de Nantes une requête en référé, selon une dépêche de l’Associated Press (AP).

Cette requête a pour objectif d'obtenir en urgence la communication des études «ayant servi de fondement à la détermination des 'zones noires', et des 'zones jaunes', sur les communes de La Faute-sur-Mer et de L'Aiguillon-sur-Mer», précise un communiqué du cabinet de leur avocate Corinne Lepage, également élue au parlement européen. Il s'agit également d'obtenir la communication de plusieurs études notamment celles «démontrant que les moyens de sauvegarde et de protection des populations s'avèrent plus coûteux que les indemnités d'expropriation», sur l'élaboration du Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI) et sur l’entretien des digues.

Dans un communiqué de ce jour, France nature environnement (FNE) s’étonne que l’Etat n’ait pas utilisé les outils existants -les «zones rouges» des plans de prévention des risques naturels prévisibles (PPRNP)- qui, à l’inverse des «zones noires», sont élaborés à partir d’une concertation avec les communes et la population. Bruno Genty, président de FNE, souhaite que le projet de loi Grenelle II intègre la prévention des risques naturels dans la loi Littoral, ainsi que la généralisation des plans de prévention des risques d’inondation sur l’ensemble du territoire dans un délai de 2 ans.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus