Y voir clair dans les mesures en faveur de la qualité de l'air

Le 12 octobre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Comment éviter que les pics de pollution se suivent et se ressemblent
Comment éviter que les pics de pollution se suivent et se ressemblent
DR

Alors que le seuil d’information aux particules fines PM10 devrait une fois encore être dépassé demain 13 octobre à Paris, le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) préconise plusieurs mesures pour mieux gérer les pics de pollution de l’air dans un rapport publié le 8 octobre.

 

Mise en place ou non de la circulation alternée? Gratuité du stationnement et des transports en commun? A chaque pic de pollution atmosphérique, les mêmes questions reviennent de façon récurrente dans les grandes agglomérations.

Mandaté par le ministère de l’écologie en avril dernier, le CGEDD vient de publier plusieurs recommandations, alors que Paris fait l’objet d’un contentieux européen pour les dépassements réguliers des seuils autorisés en matière de dioxyde d’azote et de particules fines PM10, en infraction avec la directive sur la qualité de l’air ambiant 2008/50.

 

Mesures saisonnières

Il préconise d’abord de créer des mesures saisonnières, pour compléter les mesures de fond et les mesures d’urgence prises lors des pics de pollution. Pour réduire les pics printaniers aux particules fines secondaires certaines mesures semblent s’imposer, comme l’interdiction de l’urée comme fertilisant azoté au mois de mars. Selon le CGEDD, cela permettrait de réduire de 15% les émissions de particules fines à cette période. Cette dernière mesure pourrait toutefois déplaire à Ségolène Royal qui a récemment mobilisé 10 millions d’euros pour aider les agriculteurs à moderniser leurs outils d’épandage.

Plus largement, le trafic automobile pourrait faire l’objet de mesures permanentes, comme favoriser le contournement pour le transit de poids lourds; privilégier les transports doux, le covoiturage, les véhicules moins polluants et les transports en commun, notamment par une tarification incitative; ou encore réduire la vitesse.

 

Indice commun et bonnes pratiques

L’amélioration de la connaissance est une quête perpétuelle. Dans ce domaine, les auteurs du rapport suggèrent de créer un nouvel indice intégré de qualité de l’air, commun à toutes les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) et d’échanger avec les autorités régionales et nationales des pays voisins.

 

Formation des professionnels et bouquet d’actions

Sur le plan technique, l’idée est de renforcer la compréhension des recommandations sanitaires en formant davantage les professionnels de santé, relais efficaces en matière de prévention. Pour accroître la lisibilité des mesures disponibles dans les plans de protection de l’atmosphère, le CGEDD préconise de les hiérarchiser par type d’acteurs, de pollutions, ou d’effets. Même chose avec l’arrêté du 26 mars 2014, le dernier en date en matière de lutte contre la pollution atmosphérique: il s’agit de cibler un bouquet d’actions pour une meilleure mise en œuvre.

Enfin, sur le plan procédural, le CGEDD rappelle qu’il est nécessaire de déclencher les mesures d’urgence au plus vite, le jour même du dépassement prévu du seuil d’information, en associant les collectivités locales intéressées dans un comité de concertation réuni par le préfet (ce comité existe déjà dans certaines régions).

Selon les dernières annonces de la ministre de l’écologie, la mise en œuvre de la circulation alternée pourra intervenir dès la prévision d’un pic de pollution, et non plus lorsqu’il est constaté. Sans pour autant que ce déclenchement soit automatique…

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus