Xinthia: les réactions du gouvernement

Le 03 mars 2010 par Valéry Laramée
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le gouvernement aura été prompt à prendre les premières mesures de soutien aux sinistrés à la suite du passage de la tempête Xinthia, dans la nuit du 27 au 28 février. Lundi 1er mars, le président de la République a annoncé le déblocage de 3 millions d’euros. Cette aide d’urgence sera affectée, en priorité, «aux personnes qui n’ont plus rien», précise le site du Premier ministre. Parallèlement, l’arrêté portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle a été publié mardi par le Journal officiel. Ce texte permet aux victimes des inondations d’engager des procédures auprès de leur assureur. A ce propos, Christine Lagarde a appelé les compagnies d’assurance à accélérer les procédures de remboursement. La ministre de l'économie a aussi décidé d’allonger de 10 à 30 jours (jusqu’au 31 mars donc) le délai permettant de déclarer les sinistres qui seront indemnisés dans le cadre du régime des catastrophes naturelles. Il s’agit des dommages causés par les inondations, les coulées de boue et les chocs mécaniques liés à l’action des vagues. Le secrétaire d’Etat chargé du commerce, Hervé Novelli, a précisé quant à lui que les entreprises sinistrées pourront bénéficier, dès lors qu'elles sont assurées et ont un chiffre d’affaires inférieur à 1 million € hors taxe, des nouvelles dispositions du Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (Fisac). Les entreprises pourront bénéficier d’aides d’un montant pouvant aller jusqu’à 8.000 € pour les dépenses d’investissement liées à la restauration des locaux et de l’outil de travail. Pour l’indemnisation des pertes d’exploitation, une aide complémentaire de 2.000 € par entreprise sera également versée. Le chef de l'Etat a par ailleurs chargé le ministre de l’écologie de travailler à l'élaboration d'un plan Digues, qui devra être présenté avant l'été prochain. Une réflexion sur les plans d'urbanisme sera également conduite. La secrétaire d’Etat chargée de l’écologie, Chantal Jouanno, a souhaité lundi un durcissement des règles de construction en zone inondable. Le 29 avril 2009, le président de la République, dans un discours prononcé lors de la présentation des projets du Grand Paris, s’était déclaré favorable à un allègement de la réglementation, de façon à «rendre constructibles les zones inondables». Entre 1999 et 2006, au moins 100.000 logements ont été réalisés dans de telles zones.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus