Xavier Bertrand : « La politique de santé au travail est au cœur des préoccupations du gouvernement

Le 09 février 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’emploi et de la santé.
Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’emploi et de la santé.

Alors que le Parlement réforme la médecine du travail, le ministre du travail, de l’emploi et de la santé revient, pour le JDLE, sur la prévention des risques en santé et sécurité au travail.

 

 

Le 7 juillet 2008, William Dab remettait au gouvernement un rapport sur la prévention des risques en santé et sécurité au travail. L’Etat a-t-il tenu compte des propositions formulées dans ce rapport ?

 

Le gouvernement a retenu la plupart des préconisations de William Dab [1], notamment en subventionnant le Réseau francophone de formation en santé au travail soutenu par le ministère du travail, de l’emploi et de la santé et par celui de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ce réseau fait la promotion du référentiel de compétences des ingénieurs et des managers dans le domaine de la santé au travail qui a été validé par les grands organismes œuvrant dans ce domaine.

L’objectif est que les futurs managers et ingénieurs maitrisent ce référentiel et que progressivement, les cadres en activité se l’approprient. L’ouverture du site internet du réseau le 1er février (www.rffst.org) permet la mise à disposition gratuite d’un ensemble d’outils pour les formateurs en santé au travail.

Les progrès obtenus en quelques mois valident l’hypothèse de départ : l’insuffisance des formations n’est pas due à un déficit de compétences, mais à une mutualisation insuffisamment organisée des compétences existantes.

 

L’Etat s’est-il fixé des objectifs en matière de prévention des risques en santé et sécurité au travail ?

 

La politique de santé au travail est plus que jamais au cœur des préoccupations du gouvernement : pour revaloriser le travail, il faut améliorer la qualité de vie au travail.

Le deuxième plan Santé au travail (2010-2014) est le fil conducteur de notre politique. Il retrace les grands objectifs en matière de prévention des risques en santé et sécurité au travail : développer la recherche et la connaissance ; développer les actions de prévention des risques professionnels, en particulier des risques psychosociaux, du risque chimique et des troubles musculo-squelettiques ; renforcer l’accompagnement des entreprises ; renforcer la coordination et la mobilisation des différents partenaires, tant au niveau national que régional. Globalement, je souhaite que chacun des acteurs voit sa compétence valorisée dans un ensemble pluridisciplinaire.

Enfin, 2011 est l’année de la réforme de la médecine du travail, un enjeu important pour la santé au travail.

 

Quand peut-on espérer une première évaluation des dispositifs mis en place ?

 

Une évaluation du deuxième plan Santé au travail est envisagée à mi-parcours, c’est-à-dire fin 2012. Elle permettra d’avoir un bilan intermédiaire de l’ensemble des actions mises en œuvre dans ce domaine. A plus long terme, j’ai la conviction qu’il faudra envisager la mise en place d’un dispositif de certification des compétences de l’encadrement en santé au travail.

 



[1] William Dab, professeur titulaire de la chaire d'hygiène et de sécurité du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus