WWF: changer les approvisionnements pour sauver la planète

Le 20 avril 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'huile de palme, vecteur de déforestation.
L'huile de palme, vecteur de déforestation.
DR

Convaincre des entreprises très gourmandes en matières premières de changer leurs approvisionnements pour réduire leur empreinte environnementale: c’est l’objet d’un projet mené par le WWF, dont une des sources de revenus est le conseil aux entreprises. 

Puisque notre empreinte environnementale est insoutenable pour la planète –il en faudrait une et demie pour étancher nos besoins, en progression constante- diminuons la pression. Par qui commencer? Plutôt que de tenter de convaincre 7 milliards d’individus, au lieu de tenter de travailler avec les 1,5 milliard de producteurs et extracteurs de matières premières, le WWF estime plus efficace de s’adresser aux 300 a? 500 entreprises qui contrôlent environ 70% de la demande mondiale. C’est l’objet de son «initiative pour la transformation des marchés» qui, dans sa déclinaison française, concerne les 25 entreprises dont les approvisionnements en matières premières impactent le plus les écosystèmes terrestres et marins à travers le monde.

16 matières premières

Le WWF a identifie? 16 matières premières dont les modes d’exploitation menacent directement 35 écorégions prioritaires (Amazonie, Bassin du Congo, Bornéo et Sumatra...), comme le soja, l’huile de palme, les ressources halieutiques (saumon, thon, poisson blanc, crevette d’élevage et sauvage, farine de poisson), les produits laitiers, le bois, le papier, l’hévéa, le coton, le bœuf, le canne a? sucre ou les biomatériaux) «Par leur volume d’achat et leur sphère d’influence, ces donneurs d’ordre peuvent modifier de façon positive les modes de production de ces matières premières en ayant recours a? des approvisionnements qui satisfont a? des critères de soutenabilité», explique le WWF.

Labels du WWF

«Il ne s’agit pas de désigner les bons ou les mauvais élèves, se défend le service de presse du WWF. Nous nous employons également a? fournir une feuille de route aux acteurs les moins performants afin qu’ils améliorent leurs pratiques.» Parmi les 25 entreprises citées, 4 sont des «partenaires[1]. Ils se sont engagés à modifier leurs filières d’approvisionnement». La Fondation est elle-même à l’initiative ou partenaire dans l’élaboration de systèmes de certification (FSC pour bois et papier, Bonsucro pour le sucre de canne, RSB pour les biomatériaux, MSC pour la pêche, ASC pour les saumons et crevettes d’élevage, etc.), dont elle détaille les succès dans le document. Avis à de futurs clients?

Zéro perte d’habitat à haute valeur

Quels objectifs sont fixés par cette initiative? Voir l’empreinte écologique liée a? l’exploitation de matières premières prioritaires revenir «a? un niveau inférieur a? celui de l’année 2000». Atteindre zéro perte d’habitat a? haute valeur de conservation liée a? l’exploitation de matières premières prioritaires. Que, d’ici 2020, 50% des matières premières prioritaires impactant les écorégions du WWF soient produites selon des standards de soutenabilité indépendants et reconnus.

 

 



[1] Bouygues, Michelin, Carrefour, Sodexo.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus