Washington investit dans la photosynthèse artificielle

Le 28 juillet 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le département de l’énergie américain a annoncé, le 22 juillet, le lancement d’un programme de recherches sur la « photosynthèse artificielle ». Au total, 122 millions de dollars (94 millions d’euros) seront débloqués, en 5 ans, a annoncé Daniel Poneman, le sous-secrétaire à l’énergie dans un communiqué.

Le Centre commun pour la photosynthèse artificielle (JCAP en anglais), dirigé par l’institut de technologie de Californie (Cal tech) en partenariat avec le laboratoire national Lawrence Berkeley mèneront les recherches.

« Cet investissement dans la recherche sur les carburants propres pourrait réduire notre dangereuse dépendance au pétrole étranger, augmentant ainsi notre sécurité nationale, tout en créant des emplois en Californie », s’est félicité la sénatrice californienne Barbara Boxer.

L’idée est de combiner les rayons du soleil, l’eau et le dioxyde de carbone pour produire un combustible propre. La photosynthèse permet aux plantes, grâce à l’énergie solaire, de transformer l’eau et le CO2 en matière organique. L’imitation de ce processus naturel permettra de produire un vecteur énergétique, dont le plus probable est l’hydrogène.

Mais avant d’en arriver à une production industrielle d’hydrogène, les chercheurs ont du pain sur la planche. Le JCAP devra d’abord comprendre le fonctionnement des composants nécessaires à l’élaboration d’un système de photosynthèse, à savoir les absorbeurs de lumière, les catalyseurs, les lieurs moléculaires et les membranes de séparation. « L’objectif ultime est de passer de la recherche fondamentale à la recherche appliquée, à une viabilité commerciale », annonce le communiqué du ministère.

« Ces recherches sur le contrôle de certaines photosynthèses sont menées dans de nombreux laboratoires depuis de nombreuses années, observe Thierry Alleau, président de l'Association Française de l'Hydrogène, mais jusqu'ici les rendements de conversion de l'énergie solaire sont assez faibles ». Cependant, l’association estime intéressante cette nouvelle voie de recherches menées conjointement par plusieurs équipes américaines.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus