Washington facilite le redémarrage du nucléaire

Le 19 mai 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Samuel Bodman, le secrétaire d’état à l’Énergie américain, a déclaré en milieu de semaine que l’administrattion Bush veut faire en sorte que le premier réacteur construit pour plus de deux décennies outre-Atlantique, soit opérationnel d’ici à 2014. Pour rendre cette option possible, le gouvernement va faire des propositions afin de réduire les risques liés à la construction et accélérer le processus de licence, a insisté le secrétaire d’état à l’Énergie s’exprimant devant le lobby nucléaire NEI. S. Bodman a ainsi signalé qu’il entend demander au Congrès la création d’un pool d’assurance de quelque 3 milliards de dollars afin de couvrir les risques pris par les investisseurs dans
le domaine, en cas de retards administratifs dans le financement, l’exploitation et la maintenance des nouvelles installations. Des aides seraient en outre accordées aux électriciens qui commandent des tranches avant 2009. Chaque nouveau réacteur -- mais Washington ne prend en compte que les concepts Westinghouse et General Electric -- pourrait ainsi être assuré pour quelque 500 million de dollars, une prime étant réclamée aux utilities, couvrant une partie de cette garantie. Enfin, S. Bodman veut aussi demander au Congrès de rendre plus difficile d’empêcher un réacteur de fonctionner une fois qu’il est construit. Certaines tranches américaines ayant mis plus de 15 ans à être construites, quand elles n’ont pas été démantelées dans la foulée, on comprend la nécessité de réviser dare-dare les procédures actuellement en place.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus