- 

Volkswagen: une pub qui va faire mal

Le 30 mars 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le diesel VW n'est pas propre, estime la FTC américaine.
Le diesel VW n'est pas propre, estime la FTC américaine.
DR

Cette fois, le constructeur automobile est attaqué, aux USA, pour publicité mensongère.

 

Le Dieselgate n’a pas fini de peser sur les comptes de Volkswagen. Six mois après la mise à jour d’un système mondial de fraude aux réglementations anti-pollution, le premier constructeur automobile européen se voit menacé d’une nouvelle épée de Damoclès. Mardi 29 mars, la Federal Trade Commission (FTC) a annoncé avoir engagé des poursuites envers la filiale américaine du constructeur de Wolfsbourg.

40 fois trop de NOx

Le régulateur américain du commerce n’a que faire du logiciel truqueur installé sur des dizaines de millions de voitures. Ce qui importe à ses yeux, c’est que VW a bâti sa réputation sur des publicités mensongères. «Des années durant, les publicités ont vanté les voitures diesel propres de cette entreprise, alors qu’il apparaît maintenant que Volkswagen avait équipé ses véhicules d’un dispositif destiné à contourner les tests d’évaluation des émissions», indique la présidente de la FTC, Edith Ramirez. Ce dispositif, précise la FTC dans sa plainte, permet aux véhicules d’émettre jusqu’à 40 fois plus d’oxydes d’azote (NOx) que ce qu’imposent les réglementations américaines.

13 milliards de dollars de dommages et intérêts

Que veut la FTC? Simple: compenser les dommages subis par les consommateurs. Et les calculs sont vite faits. Plus de 550.000 véhicules diesel ont été vendus aux Etats-Unis entre 2008 et 2015 par le groupe allemand (sous les marques Volkswagen et Audi). Le tout à des prix oscillant entre 22.000 et 125.000 dollars l’unité. En théorie, le constructeur pourrait devoir s’acquitter de 13 Md$ (11,5 Md€) de dommages et intérêts. Ce sera au tribunal de San Francisco de trancher.

46 milliards d’amende civile

La pression judiciaire s’accentue sur le créateur de Das Auto. Le 4 janvier dernier, le département de la justice déposait une plainte civile contre Volkswagen, Audi et Porsche (autre filiale du groupe) pour violation massive du Clean Air Act. Même si des tractations sont en cours, l’issue (encore très incertaine) devrait être douloureuse pour l’industriel allemand. Le montant de l’amende civile pourrait atteindre les 46 Md$ (40,5 Md€): le cinquième du chiffre d’affaires annuel du groupe. Selon des sources proches du dossier judiciaire américain, un accord pourrait prochainement être conclu. Il comprendrait la mise aux normes gratuite des 580.000 voitures vendues par le groupe allemand aux Etats-Unis entre 2009 et 2015 et le paiement de dommages et intérêts en compensation des pollutions émises illégalement.

Tromperie aggravée

Le groupe est aussi poursuivi par plusieurs centaines de consommateurs américains et il est visé par plusieurs dizaines d’actions de groupe, tant aux Etats-Unis qu’en Europe ou en Australie. En France, où des avocats engagent l’une des premières class action à la française, le parquet de Paris a ouvert, le 8 mars dernier, une enquête pour tromperie aggravée. A la suite d’une enquête ouverte début octobre, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a estimé, le 7 mars, qu’il y avait «manifestement dans le logiciel qui pilote les véhicules des morceaux» qui pouvaient fausser les résultats lors des contrôles des émissions.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus