Volkswagen: la fraude s’étend aux modèles diesel plus puissants

Le 03 novembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Porsche aussi...
Porsche aussi...

L’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) n’en a pas fini avec Volkswagen. Après avoir révélé, le 18 septembre, l’existence d’un logiciel de trucage sur 5 modèles diesel 4 cylindres, elle a notifié au fabricant automobile une deuxième violation du Clean Air Act, selon un communiqué diffusé le 2 novembre.

 

Cette fois-ci, l’EPA reproche au groupe d’avoir équipé des moteurs 3 litres de modèles diesel Volkswagen, Audi et Porsche, sortis entre 2014 et 2016, avec un logiciel permettant de fausser les tests d’émission d’oxydes d’azote (NOx). Il s’agit de la Volkswagen Touareg 2014, la Porsche Cayenne 2015, et les Audi A6 Quattro, A7 Quattro, A8, A8L et Q5 de 2016.

 

9 fois plus de NOx

Lorsque l’un de ces véhicules détecte le lancement d’une procédure de test, il change alors ses paramètres pour rester dans le vert malgré des émissions de NOx 9 fois supérieures au plafond fixé par l’agence américaine.

 

10.000 véhicules pour l’instant

Limitée aux Etats-Unis, la nouvelle fraude détectée par l’EPA ne concerne pour l’heure qu’environ 10.000 véhicules vendus en 2014 et en 2015. Aucune évaluation n’a été donnée pour les modèles vendus en 2016. Par ailleurs, la fraude pourrait se confirmer au niveau mondial, comme ce fut le cas du trucage des moteurs 2 litres E189 révélé mi-septembre par l’agence américaine.

 

D’autres tests en cours

«Volkswagen a encore une fois manqué à son obligation de respecter la loi qui garantit la qualité de l’air respiré par les Américains», a affirmé Cynthia Giles, administratrice adjointe de l’EPA. L’agence californienne comme l’agence fédérale n’en restent pas là. Elles ont annoncé poursuivre leurs tests sur d’autres véhicules fabriqués par le groupe allemand. Un groupe qui nie, par voie de communiqué, «avoir installé un logiciel sur les moteurs V6 diesel 3 litres dans le but de modifier les caractéristiques de manière interdite».

Pourtant Mathias Müller, le nouveau patron du constructeur allemand, aura du mal à convaincre qu’il ignorait tout des malfaçons découvertes par l’EPA sur les Porsche, dont il dirigeait la construction avant sa prise de fonction, il y a quelques jours.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus