Voitures propres: un palmarès en demi-teintes

Le 07 avril 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
voitures propres
voitures propres

Selon un sondage de la Sofres, réalisé à la demande de l'Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie lors du dernier Mondial de l'automobile, seulement 8% des acheteurs potentiels se préoccupent de l'impact environnemental des véhicules. Un résultat qui se ressent fortement sur les ventes de voitures propres.

Avec 104 grammes de CO2 au kilomètre (g/km), la Toyota Prius, voiture hybride fonctionnant à l'électricité et à l'essence, arrive en tête du palmarès des voitures propres de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Les véhicules hybrides, bien que les plus économes en termes d'émissions, ne sont pas fabriqués par les constructeurs français et ne totalisent que de modestes ventes dans l'Hexagone: 669 immatriculations en 2004, soit 0,03% du marché. Dans le palmarès «diesel», la palme revient à la Smart Fortwo (90 g/km). Et sur les huit modèles diesel les moins polluants , cinq sont français. De l'autre côté du spectre, les véhicules 4x4, dont les ventes ne cessent d'augmenter, émettent 229 g/km en moyenne, soit 75 grammes de plus que la moyenne du marché (154 g/km).

Compte tenu de ces nouvelles tendances de consommation, il apparaît aujourd'hui très difficile de réduire les émissions. La moyenne des émissions de CO2 des véhicules vendus en France stagne depuis 2001. Ainsi, l'Ademe n'a enregistré qu'une modeste baisse de deux grammes en quatre ans, ce qui compromet l'objectif volontaire des constructeurs européens de descendre à 140 grammes au kilomètre en 2008. Dès lors, on comprend mieux pourquoi, lors de la 21e édition du symposium du véhicule électrique, organisée à Monaco cette semaine, le ministre chargé des transports, Gilles de Robien, a exhorté les constructeurs automobiles français à commercialiser au plus vite des voitures «propres». «Il faut absolument que les constructeurs français fassent un effort pour passer du conceptuel, des produits d'exposition, à des exemplaires commercialisables», a déclaré le ministre. Rajoutant: «Un jour, un constructeur va commercialiser des voitures propres. Je souhaiterais que ce soit un Français qui le fasse, parce que pour celui-là ce sera le jackpot.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus