Voitures électriques: Volkswagen à la recherche de la neutralité carbone

Le 18 février 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le bilan carbone de la Golf électrique est à peine meilleur que celui de sa cousine thermique.
Le bilan carbone de la Golf électrique est à peine meilleur que celui de sa cousine thermique.
VW

Le constructeur automobile met la pression sur ses fournisseurs et propose à ses clients de souscrire à des contrats d’approvisionnement d’électricité d’origine renouvelable.

 

Plus question de passer pour une entreprise anti-environnementale. Moins de 4 années après le déclenchement du ‘dieselgate’, Volkswagen paraît décidé à faire son aggiornamento climatique. Le constructeur automobile allemand a déjà amorcé un important virage pour électrifier rapidement sa gamme de véhicules. Ces 5 prochaines années, l’entreprise de Wolfsburg (Basse-Saxe) va consacrer 30 milliards d’euros au développement de nouveaux carrosses électriques, l’un des plus importants investissements consentis à la fée électricité par un industriel de l’automobile. L’entreprise prévoit de mettre sur le marché 15 millions de véhicules électriques d’ici à 2025.

berceau à la tombe

Problème: du berceau à la tombe, l’empreinte carbone de la première génération de voitures électriques siglées VW reste importante. Les analyses de cycle de vie (ACV, réalisées en interne) montrent que de la sortie de l’usine à l’entrée dans le centre de recyclage, une Golf diesel va émettre, en moyenne, 141 grammes de CO2/km contre 120 gr pour une Golf électrique.

Batteries: les conditions du succès. Pas de voiture électrique sans borne de recharge. Si le principe est acquis, les conditions de la réussite d’un système de recharge ne sont pas (encore) évidentes. Dans une étude publiée la semaine passée, Colombus Consulting dévoile sa vision du marché à venir. Les bornes de la réussite devront être plus puissantes que celles d’aujourd’hui (7 kilowatts -kW- contre 3 aujourd’hui), faciles à utiliser. Elles devront permettre la charge des batteries et leur soutirage pour soutenir le réseau aux heures de pointe. Les grands axes routiers ne devront être équipés que de bornes à recharge rapide. Ce qui pourra impliquer parfois un renforcement du réseau de distribution d’électricité.

Les deux postes les plus carbonés de l’E-Golf sont la production (deux fois plus que pour un modèle thermique comparable) et l’alimentation en énergie, notamment la batterie. Autre écueil: la recharge. Selon que les bornes de recharge sont alimentées en électricité carbonée ou décarbonée, le bilan carbone ne sera pas identique. Or seulement la moitié des recharges sont réalisées à domicile. Comment, dans ces conditions, optimiser l’empreinte carbone des voitures électriques?

40.000 fournisseurs directs

VW n’a pas hésité. Dans une présentation publiée la semaine passée, le premier constructeur européen annonce vouloir mettre la pression sur ses 40.000 fournisseurs directs. Comme le font déjà ses concurrents Daimler ou BMW, VW note la performance environnementale de ses sous-traitants. Et si le nombre de S-rating n’est pas jugé suffisant, «nos partenaires ne seront plus nos partenaires», indique au Financial Time Marco Philippi, directeur des achats.

Les usines des fabricants de batteries devront ainsi ne plus consommer que de l’électricité décarbonée. Les aciéristes devront capter leurs émissions de CO2. Les fournisseurs d’aluminium devront utiliser du métal issu du recyclage.

les conducteurs aussi

Les exploitants des usines du groupe travaillent d’arrache-pied pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. En ne consommant plus que du gaz (pour produire de la chaleur), de l’électricité issue des énergies renouvelables et en améliorant certains procédés de fabrication (les cabines de peinture, notamment), l’usine de Zwickau (Saxe) a fait chuter de 66% ses émissions carbonées entre 2010 et 2018. Un exemple que le groupe ne cesse de mettre en valeur.

courant vert à la borne

Les automobilistes, futurs utilisateurs des voitures électriques VW, ne sont pas oubliés. Il y a un mois, le groupe a présenté sa dernière filiale. Baptisée Elli, elle va proposer aux automobilistes électriques des bornes de recharge domestiques bidirectionnelles. Rien de bien neuf, si ce n’est qu’Elli proposera un courant fourni par Naturstom, distributeur d’électrons verts certifiés.

recyclage des batteries

VW imagine aussi une nouvelle vie pour les batteries des voitures mises à la casse. Des batteries mises en série et installées dans des colonnes implantées sur la voirie permettront d’assurer la recharge de plusieurs véhicules en simultané. Celles qui ne seront pas réutilisables emprunteront le chemin du recyclage. Actuellement, la moitié des composants d’une batterie sont récupérés et réinjectés dans le circuit industriel. L'industriel espère porter ce taux à plus de 70% prochainement et à 97% dans quelques années.

VW en est conscient, la neutralité carbone n’est pas pour demain. Il ne sera notamment pas aisé de faire rapidement bouger ses très nombreux fournisseurs, parfois bloqués dans leur évolution par le manque d’alternative, comme la fourniture de cobalt congolais pour les batteries lithion-ion. Aussi, le constructeur n’exclut pas de recourir à la compensation carbone, comme la plantation d’arbres, par exemple.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus