Voiture: l’Espagne veut interdire le moteur thermique

Le 13 novembre 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Teresa Ribera devrait défendre son projet de loi sur la neutralité carbone de l'Espagne dès la fin 2018.
Teresa Ribera devrait défendre son projet de loi sur la neutralité carbone de l'Espagne dès la fin 2018.
DR

Le gouvernement espagnol a annoncé, mardi 13 novembre, vouloir interdire la vente de voitures diesel et essence dès 2040 : l’une des mesures les plus spectaculaires d'un projet de loi visant à décarboner l'économie nationale d'ici à 2050.


Le gouvernement socialiste compte ainsi interdire «à partir de 2040, l'immatriculation et la vente en Espagne des véhicules  à l'origine d'émissions directes de dioxyde de carbone», comme les voitures diesel et essence, selon un document de travail présenté, mardi 13 novembre, à la presse. Un objectif que se sont déjà fixés les gouvernements britanniques et français.

neutralité carbone en 2050

Le projet de loi espagnol fixe à 2050 l’échéance à laquelle l’économie espagnole devra avoir atteint la neutralité carbone. Cet objectif passe notamment par le développement d'un parc automobile zéro émission, une production d’électricité totalement décarbonée. Entre 2020 et 2030, le gouvernement lancera des appels d’offres pour la mise en œuvre de 3 GW/an de nouvelles capacités de production d’électricité éolienne ou photovoltaïque.

100.000 logements par an

Ce n’est pas tout. Dès 2021, Madrid lancera un programme de rénovation des logements. Chaque année, l’isolation de 100.000 maisons et appartements devra être améliorée. De sorte que l’intégralité du parc immobilier espagnol voit ses performances énergétiques améliorées d’ici à 2050. Une partie de ce programme pourrait être financée par le produit de la mise aux enchères des quotas d’émissions de gaz à effet de serre (ETS). Aucun permis de construire ne sera plus accordé à des bâtiments publics qui ne soient neutre en carbone.

plans climat à tous les étages

Dès 2023, toutes les villes de plus de 50.000 habitants devront avoir mis en place des zones de faibles émissions, comme les centres-villes de Madrid et de Barcelone où la circulation automobile est limitée.

Avant 2022, les cités de plus de 100.000 habitants et les régions devront avoir publié des plans climat-énergie.

Le gouvernement prévoit aussi d’interdire l’exploration pétrolière et les subventions à la production et à la consommation d’énergies fossiles. Madrid devra aussi préciser les impacts des changements climatiques avant de publier une stratégie nationale d’adaptation.

Le projet de loi devrait être présenté au parlement avant la fin de l’année.
 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus