Virus zika: les Etats-Unis bientôt touchés?

Le 15 janvier 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le zika, véhiculé par le moustique tigre
Le zika, véhiculé par le moustique tigre
DR

Le virus zika, qui sévit actuellement en Amérique latine et dans les Caraïbes, pourrait rapidement s’étendre à l’ensemble de la planète, en premier lieu aux Etats-Unis, avancent des chercheurs canadiens et américains dans le Lancet. Et les prochains Jeux olympiques d’été, qui auront lieu en août à Rio de Janeiro, pourraient faciliter sa propagation mondiale.

A ce jour, 14 pays d’Amérique latine et des Caraïbes sont touchés par l’épidémie de zika, virus véhiculé par les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus, ou moustique tigre. En particulier le Brésil, où cet arbovirus, de la famille de la dengue, du chikungunya et du virus du Nil occidental, aurait fait jusqu’à 1,3 million de victimes.

Après plusieurs cas autochtones dans les départements français d’Amérique, le ministère de la santé a annoncé vendredi en fin d’après-midi le début de l’épidémie La Martinique est la plus touchée, avec 47 cas confirmés et autochtones, 610 cas cliniquement évocateurs, et une personne a développé un syndrome de Guillain-Barré, grave complication neurologique. Suivent la Guyane avec 15 cas et Saint-Martin avec un cas. En 2013-14, la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie avait déjà été touchée par le zika.

La maladie est le plus souvent bénigne, n’engendrant que maux de tête, légère fièvre et douleurs aux articulations. Elle est plus problématique chez les femmes enceintes, chez qui elle peut provoquer des retards du développement cérébral chez les enfants à naître. Selon un dernier bilan brésilien, mardi 12 janvier, 3.530 cas de microcéphalie ont été recensés depuis le début de l’épidémie en mai 2015.

La Floride en première ligne

Or la maladie pourrait s’étendre très vite, du moins là où ses vecteurs pullulent. Dans un courrier publié jeudi 14 janvier par le Lancet, l’équipe de Kamran Khan, infectiologue à l’université de Toronto (Ontario), a analysé les risques de propagation, pour le continent américain, en fonction de la présence du vecteur et du nombre de voyageurs.

Déjà touchée le chikungunya, la Floride semble dans une situation particulièrement délicate: outre un grand nombre de voyageurs vers le Brésil, elle est la seule zone géographique des Etats-Unis où les moustiques sont présents toute l’année, où le zika pourrait durablement s’implanter. New York comporte certes un grand nombre de voyageurs, mais les moustiques n’apparaissent que de manière saisonnière.

Italie, Portugal et France

Après le contient américain, d’où sont originaires 65% des voyageurs au Brésil, l’Europe arrive en deuxième position, avec 27% des touristes. L’Italie arrive en tête, avec environ 420.000 personnes entre septembre 2014 et août 2015, suivie par le Portugal (environ 411.000) et la France (environ 404.000). La Chine est en première position pour l’Asie, tandis que pour l’Afrique, c’est l’Angola, également un pays lusophone.

La situation pourrait devenir plus critique à l’occasion des Jeux olympiques d’été, qui auront lieu du 5 au 21 août à Rio de Janeiro, avertissent les chercheurs. La ville connaîtra alors un fort afflux de voyageurs issus de toutes les nations, qui pourraient ramener le virus dans leur pays.

Rien n’est joué d’avance: la question s’était déjà posée à l’occasion de la Coupe du monde de football (juin-juillet 2014), alors que le pays était en proie à une épidémie de chikungunya. Certains épidémiologistes avaient alors prédit «un risque d’épidémie catastrophique», qui n’était finalement pas survenue.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus