Virus de la tomate: «très forte suspicion» dans le Finistère

Le 17 février 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La tomate, première culture légumière française
La tomate, première culture légumière française
DR

Un premier cas probable de contamination de tomates en serre par le virus émergent ToBFRV a été détecté dans une exploitation du Finistère, a annoncé le ministère de l’agriculture dimanche 16 février.

Début février, l’Anses[i] alertait contre le virus du fruit rugueux de la tomate rouge (ToBFRV), qui affecte les tomates, les poivrons et les piments. Observé pour la première fois en Israël en 2014, ce virus hautement contagieux s’est depuis propagé à d’autres continents. Si la France était jusqu’alors épargnée, l’agence jugeait le risque d’introduction élevé.

Elle avait vu juste: moins de deux semaines plus tard, une exploitation du Finistère, cultivant des tomates sous serre, fait l’objet d’une «très forte suspicion», a annoncé le ministère de l’agriculture dimanche 16 février. L’inspection par la Draaf[ii] Bretagne a eu lieu mardi 11 février suite à l’identification de lésions évocatrices de cette maladie.

En l’attente des résultats définitifs, attendus lundi, «des mesures conservatoires ont été déployées et l’exploitation placée sous séquestre complet: confinement des deux serres de l’exploitation avec interdiction d'accès, consignation de l’ensemble des plants, semences, fruits et matériels de l'exploitation, application de mesures de biosécurité (isolement des matériels, désinfection, gestion des résidus)», indique le ministère.

Enquête en cours pour identifier la source

«Une enquête est en cours pour identifier les sources éventuelles de contamination ainsi que les éventuelles exploitations qui auraient été en lien. La destruction de l’ensemble des plants de tomates des serres contaminées sera réalisée dès la confirmation officielle du foyer», ajoute-t-il.

Sans danger pour l’homme, le ToBFRV constitue un risque économique majeur pour cette filière agricole, la première culture légumière en France (712.000 tonnes produites en 2018, plus 400.000 tonnes en jardin potager), particulièrement présente en Bretagne. Son éradication demeure toutefois possible lorsqu’une contamination est traitée suffisamment tôt: en cours dans plusieurs pays, elle a pu être obtenue en Californie.



[i] Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

[ii] Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt