Vin: Bordeaux lève son verre à Ecophyto

Le 07 juillet 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Réduire de moitié d'ici 2025?
Réduire de moitié d'ici 2025?

Après les discours, voici venu le temps des signatures: bientôt celui des actes? Mercredi 6 juillet, les représentants viticoles du Bordelais ont signé avec les autorités publiques un plan de réduction de l’usage de pesticides. Les objectifs sont les mêmes que ceux fixés par Ecophyto 2: -25% d’ici à 2020, -50% d’ici à 2025.

Est-ce un effet de la retentissante émission «Cash Investigation» sur les pesticides, diffusée début février sur France 2? Ou bien la conséquence d’une méfiance accrue des consommateurs, et alors que le débat sur les riverains d’exploitations prend de l’ampleur? Mercredi 6 juillet à Libourne (Gironde), lors d’un salon Tech&Bio consacré à la viticulture bio, les représentants viticoles se sont engagés à diminuer fortement leur usage de pesticides dans les 10 prochaines années.

Cet «engagement pour une viticulture plus durable» a été signée par la préfecture de région (désormais la Nouvelle-Aquitaine), le Conseil régional, la chambre d’agriculture de la Gironde et le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Il comporte deux échéances, les mêmes fixées en 2015 par Ecophyto 2: -25% d’ici à 2020 et -50% d’ici à 2050.

Quatre grands axes

Cette convention comporte quatre axes: surveiller l'évolution des pratiques et l'exposition des populations aux pesticides, généraliser les bonnes pratiques, accompagner les mutations techniques dans l'agro-équipement, et accompagner la recherche appliquée et fondamentale de solutions alternatives. Un observatoire du vignoble, sur le même modèle que ceux mis en place dans le Rhône et le Beaujolais, devrait aussi voire le jour.

Lors d’une assemblée générale du CIVB, fin avril, son président Bernard Fargesavait annoncé l’intention de la filière de procéder à «une diminution forte, voire une sortie de l’usage des pesticides». Une déclaration aussi fracassante qu’inattendue sur des terres qui figurent parmi les plus grandes consommatrices de pesticides de France.

«Ce n’est pas de l’incantation, c’est un acte concret», renchérit Bernard Farges, contacté jeudi 7 juillet par le JDLE. Interrogé sur la possibilité réelle de respecter les objectifs chiffrés pour 2020 et 2025, le président du CIVB reconnaît qu’il s’agit avant tout de «coller à Ecophyto».

«Faire évoluer 100% des viticulteurs»

Pour Bernard Farges, il s’agit, «par le partage des expériences et des connaissances», de «faire évoluer 100% des viticulteurs du Bordelais» vers une certification environnementale (bio ou autre) dans les prochaines années. Parmi les pistes d’action, de nouveaux équipements de pulvérisation plus économes, ainsi que de nouveaux cépages.

Comme il l’a répété à Libourne, Bernard Farges se montre attaché aux futurs cépages résistants ou tolérants aux maladies (mildiou, oïdium). Plusieurs d’entre eux sont utilisés dans d’autres pays européens (Allemagne, Suisse, Italie), mais ne sont pas inscrits au catalogue français des cépages.

D’autres sont actuellement développés par l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), et permettraient de réduire l’usage de fongicides jusqu’à 90%. Mis au point à Colmar (Haut-Rhin), les quatre premiers devraient être inscrits en 2017 au catalogue des cépages. Pourtant, aucun ne convient au vignoble bordelais, observe Bernard Farges, selon qui la recherche doit se poursuivre.

Une «opération de com’»

Contactée par le JDLE, Marie-Lys Bibeyran, fondatrice du Collectif Info Médoc Pesticides, reconnaît avoir été «surprise» par l’annonce de cette convention. D’autant que «les collectifs représentant les riverains et les travailleurs agricoles n’ont pas été associés à cette démarche». En «l’absence de mesure concrète à très court terme», Marie-Lys Bibeyran y voit avant tout «une opération de com’»: celle d’une adhésion vertueuse à un plan, Ecophyto, dont la première version a été un échec notoire.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus