Vienne veut limiter le chauffage fossile (individuel)

Le 31 juillet 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La célèbre centrale à cogénération de Spittelau, décorée par  Hundertwasser.
La célèbre centrale à cogénération de Spittelau, décorée par Hundertwasser.
Wien energi

La capitale d'Autriche veut dynamiser les réseaux de chaleur et les énergies renouvelables.

En plein essor immobilier, la capitale de l’Autriche a annoncé mercredi 31 juillet que seules 20% des habitations construites à partir de l'été 2020 pourront être équipées de chaudières utilisant des énergies carbonées, dans un effort pour lutter contre le réchauffement climatique.

Dotée d'un des plus importants réseaux de chauffage urbain d'Europe, Vienne souhaite privilégier le chauffage urbain et les énergies renouvelables telles que le solaire ou la biomasse.

20% du parc

Seuls les bâtiments situés dans des zones non raccordées au réseau de chauffage urbain et où il n’est pas possible de recourir aux énergies renouvelables, 20% du futur parc immobilier environ, pourront recourir au charbon, au fioul ou au gaz naturel, a précisé la municipalité. Métropole de 1,9 million d'habitants, Vienne construit 10.000 logements par an. Les services publics ont évalué à quelque 112.000 tonnes la diminution des émissions de CO2 potentiellement obtenues avec cette mesure d'ici à 2030.

70% des logements raccordés

En pratique, quelque 70% des logements neufs construits à Vienne sont déjà chauffés par le réseau urbain, qui dessert un tiers des foyers de la ville et fournit également l'eau chaude.

Sans être totalement décarboné (il est majoritairement alimenté par la chaleur produite par les incinérateurs de déchets ménagers), le chauffage urbain viennois a une efficacité énergétique bien supérieure à celle des chauffages individuels et collectifs classiques, selon l'opérateur Wien Energie.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus