Vidalies relance le canal Seine-Nord Europe

Le 20 avril 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le tracé du canal Seine Nord Europe.
Le tracé du canal Seine Nord Europe.
VNF

Le canal Seine-Nord Europe n’est décidément pas enterré. Ce mercredi 20 avril, lors du conseil des ministres, le secrétaire d’Etat aux transports Alain Vidalies a présenté un projet d’ordonnance visant à la constitution de sa génitrice en chef.

Prévue par la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques du 6 août 2015 (dite loi Macron), ce texte crée en effet la Société du canal Seine-Nord Europe (SCSNE).

Celle-ci prendra le relai des Voies navigables de France (VNF) qui assurait jusqu’à présent la maîtrise d’ouvrage de ce projet de liaison fluviale à grand gabarit devant relier Compiègne à Douai (106 kilomètres). La SCSNE réunira au sein de ses organes de gouvernance l’ensemble des partenaires financiers du projet, Etat, établissements publics et collectivités territoriales.

Dès lundi, Alain Vidalies réunira les présidents des régions des Hauts-de-France et d’Ile-de-France ainsi que des départements du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais et de la Somme, «afin de prendre acte ensemble de la création de cette société», indique un communiqué ministériel.

Mise en service en 2023

En attendant, le directeur général de VNF, Marc Papinutti, poursuivra sa mission de préfiguration de la société et prépare le transfert de la maîtrise d’ouvrage de VNF à la Société du canal Seine-Nord Europe.

La publication de l’ordonnance intervient trois mois après que la commission d’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique (DUP) des modifications du tracé du canal a remis son rapport, le 11 janvier 2016, avec un avis favorable. Le gouvernement espère toujours obtenir la DUP début 2017 pour un démarrage des travaux la même année et une mise en service en 2023.

Le 1er décembre dernier, en pleine COP 21, la France, la Commission européenne, la Wallonie et la Flandre avaient conclu une convention, confirmant l’engagement d’un financement européen à hauteur de 40% des coûts des travaux sur la période 2014-2019. Légèrement revu à la baisse par rapport au programme initial, le canal Seine-Nord Europe devrait coûter entre 4,5 et 4,8 milliards d’euros, selon les services du Premier ministre.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus