Vers une stabilisation des émissions mondiales de CO2?

Le 13 novembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les flux mondiaux de CO2 entre 2006 et 2015.
Les flux mondiaux de CO2 entre 2006 et 2015.
Global Carbon Budget

Pour la troisième année consécutive, les émissions anthropiques de gaz carbonique stagnent, indique le Global Carbon Budget. Effet conjoncturel ou structurel ?

Un peu de baume au cœur pour les participants de la COP 22. Sonnés par l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, les «Copistes» pourront se rassurer en découvrant, ce lundi 14 novembre, la dernière livraison du Global Carbon Budget.

Selon les calculs réalisés par une équipe internationale, coordonnée par Corinne Le Quéré (Tyndall Centre, université East Anglia), les émissions industrielles de CO2 devraient rester pratiquement stables, cette année.

Trois années sans croissance

Dans un article à paraître dans Earth System Science Data, les climatologues estiment que nos rejets carbonés anthropiques n’ont progressé, en 2016, que de 0,2%. C’est la troisième année consécutive, notent-ils, que le rythme de croissance des émissions anthropiques est inférieur à 1%/an.

Durant la décennie 2004-2013, les émissions progressaient plutôt au rythme moyen de 2,3% par an. «Trois années de suite sans croissance des émissions, c’est sans précédent dans un période de croissance économique», se réjouit Corinne Le Quéré. L’an passé, le PIB mondial a progressé d’environ 3%.

Ralentissement chinois

Comment expliquer pareille performance? Le ralentissement économique de la Chine et un début de décarbonation de son secteur énergétique, estiment les scientifiques. Responsable du tiers des rejets carbonés mondiaux, l’Empire du Milieux a vu décroître ses émissions, de 0,7% en 2015 et, probablement, de 0,5%, cette année. On est loin des 5% de croissance annuelle, observés durant la décennie précédente.

Pour avoir réduit leur consommation de charbon, les Etats-Unis, seconds émetteurs mondiaux (avec 15%), font fortement chuter leurs émissions : -2,6%, en 2015. La baisse devrait se poursuivre cette année (- 1,7% attendus).

Ces bons résultats sont, en partie, gâchés par l’Europe. En 2015, l’Union européenne, troisième émetteur planétaire (10%) a vu ses émissions progresser de 1,4%. La faute à l’hiver (2014-2015) un peu frais et à une augmentation de la consommation de gaz naturel.

Concentration record

Malgré la stabilisation des rejets, de nouveaux records de concentration de CO2 dans l’atmosphère ont été battus, en 2015. La faute aux sécheresses d’El Niño qui ont diminué l’absorption du carbone par les plantes. Le même phénomène devrait se reproduire cette année. « Nous avons dépassé les 400 ppm et la concentration va continuer à progresser aussi longtemps que nous émettrons du CO2», souligne Robbie Andrew, du Centre international de recherche sur le climat et l’environnement d’Oslo (Cicero).

Avons-nous atteint notre plafond d’émission ou est-ce le résultat d’effets conjoncturels? Il est sans doute un peu tôt pour répondre, de façon définitive, à cette question.

Dynamiques positives

Certes, de grandes dynamiques positives semblent appeler à se poursuivre. Jamais, les investissements en faveur des énergies renouvelables n’ont été aussi importants. Et l’avenir semble sourire aux partisans de l’éolien et du solaire. L’Agence internationale de l’énergie estime que les énergies vertes pourraient produire 28% du courant mondial, dès 2021: 5 points de mieux qu’aujourd’hui.

Torpiller l’Accord de Paris semble être la priorité de Donald Trump. Légalement, aucun pays ne peut se retirer du traité en moins de 4 ans. Mais «l’équipe de transition» a trouvé la parade. Selon Reuters, l’administration Trump pourrait retirer les Etats-unis de la convention-cadre de l’ONU sur le changement climatique. Radicale, cette solution fermerait la porte des prochaines COP aux négociateurs US. Et mettrait un terme aux projets de liens entre les marchés américains du carbone et ceux du reste du monde.

Du fait de l’imprécision de ses statistiques, personne ne connaît réellement le tonnage de dioxyde de carbone émis par la Chine. Après plusieurs années de baisses consécutives de ses émissions, les Etats-Unis pourraient radicalement changer de politique énergétique. S’il tient parole, le président-élu Donald Trump devait relancer la production nationale de charbon, le plus carboné des combustibles fossiles.

Enfin, les contributions nationales (NDC) restent insuffisantes pour stabiliser les émissions et la montée des températures. «Les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris feront néanmoins augmenter les émissions globales de 1% par an, en moyenne, jusqu’à 2030», estime Glen Peters, du Cicero.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus