Vers une révision de la valeur-limite d’exposition au béryllium

Le 09 juin 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le béryllium, que ce soit sous forme de poussières, de fumées ou de vapeurs, est un métal irritant, toxique, allergisant et cancérogène. S’y exposer, c’est risquer des maladies respiratoires chroniques ou un cancer des poumons (le béryllium est classé cancérogène de catégorie 1 par le Centre international de recherche sur le cancer).

Or, en France, 12.000 salariés y seraient exposés, indique l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), particulièrement dans la métallurgie et la fabrication des composants électroniques. La valeur-limite d’exposition est fixée à 2 microgrammes par mètre cube (µg/m3) pour 8 heures de travail. Dans le cadre d’une étude réalisée entre 2005 et 2006 auprès de 99 établissements appartenant à 37 secteurs d’activité (1), l’INRS avait constaté que 15% des mesures d’exposition réalisées dépassaient la valeur-limite.

Au Québec, la valeur-limite est de 0,15 µg/m3 et aux Etats-Unis, l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists recommande de l’abaisser à 0,05 µg/m3, en se basant sur des études épidémiologiques qui montrent qu’un risque de développer une béryllliose (maladie due à l’exposition au béryllium) subsiste même lorsque la valeur de 2 µg/m3 pour 8 h de travail est respectée.

En France, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement (Afsset) a été saisie du problème et examine actuellement sa révision, aidée par l’INRS. Ce dernier vient également de lancer un projet de recherches de 5 ans intitulé «Exposition au béryllium en France: caractérisation, prévention et diffusion des connaissances». Enfin, la Société française de médecine du travail examine elle aussi la question, afin de formuler des recommandations sur le suivi médical des salariés exposés, ou ayant été exposés, la réglementation ne précisant pas le contenu de cette surveillance.

(1) “Occupational Exposure to Beryllium in French Enterprises: A Survey of Airborne Exposure and Surface Levels” Annals of Occupational Hygiene (16 avril 2009)


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus