Vers une meilleure évaluation de l’exposition aux champs électromagnétiques

Le 20 mai 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le DAS mesuré à 5 mm de la tête et du tronc.
Le DAS mesuré à 5 mm de la tête et du tronc.

Les mesures du rayonnement électromagnétique des équipements radioélectriques devront être réalisées en condition d’utilisation.

Un téléphone glissé dans la poche, à la hauteur du cœur ou du bassin… La scène est on ne peut plus banale. A quelle distance se trouve alors l’appareil par rapport au corps? A moins de 5 millimètres. Mais la réglementation prévoyait jusqu’ici que la quantité d’énergie électromagnétique absorbée par l’organisme pouvait être mesurée jusqu’à 25 mm du tronc. La France, en accord avec la Commission européenne, vient de changer les conditions de mesure des champs électromagnétiques absorbés par l’organisme.

 

En juillet 2014, la France a estimé que la norme en vigueur ne permettait pas d’atteindre «l’exigence essentielle de protection de la santé et de la sécurité» telle que fixée par une directive de 1995. Objectif: réduire la marge d’appréciation trop grande laissée au fabricant pour choisir la distance à laquelle doit être menée la mesure entre l’équipement et le corps «pour les dispositifs de communication sans fil tenus à la main ou portés près du corps». Des mesures qui sont conduites sur toutes les faces des téléphones ou des tablettes et sont traduites par un ‘débit d’absorption spécifique’ (DAS, exprimé en watt par kilogramme (W/kg). Le DAS est obligatoirement mentionné sur tous les téléphones portables et doit être, tant à la hauteur de la tête que du tronc, inférieur à 2 W/kg.

 

La Commission a donné raison à la France. Suite à une décision de Bruxelles du 5 avril 2016, annonce l’Agence nationale des fréquences (ANFR) dans un communiqué, ces mesures seront désormais réalisées à une distance maximale de 5 mm. «Ce mouvement va donc dans le sens d’un renforcement du contrôle de l’exposition des utilisateurs d’équipements radioélectriques (téléphone, tablette) aux ondes électromagnétiques, en particulier lors de communications internet mobiles pour lesquelles l’équipement n’est pas porté à la tête mais tenu près du corps», précise l’ANFR. Ces conditions de contrôle seront appliquées jusqu'au 12 Juin 2017, date d’entrée en vigueur de la nouvelle directive RED (Radio Equipment Directive) ou jusqu'à la publication de la révision de la norme contestée par la France.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus