Vers une grande marée américaine de centrales à vagues

Le 14 février 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Va-t-on assister à un déferlement de projets de centrales à vagues? Il est encore un peu tôt pour le dire, même si les expériences se multiplient, au large des côtes écossaises ou portugaises.

C'est pourtant le souhait récemment formulé par l'un des chercheurs de l'Electric Power Research Institute (EPRI). Dans son dernier rapport, Roger Bedard dévoile ce qui s'apparente à une stratégie d'implantation à grande échelle de ces drôles de machines. Dans un premier temps, le chercheur a évalué le potentiel énergétique des vagues se brisant sur les côtes américaines : 2300 terrawatts-heure par an (TWh/an). Colossal. Certes, toute cette énergie n'est pas convertible en électricité.

Mais le scientifique de Palo Alto estime raisonnable de produire ainsi autant d'électrons vagues que l'hydroélectricité (soit 270 TWh/an). Après avoir examiné à la loupe les cartes du littoral, R. Bedard a sélectionné quatre régions favorables : la Californie, l'archipel des Hawaï et le sud de l'Alaska. Des sites où la profondeur à quelques kilomètres de la côte n'est pas trop grande (une cinquantaine de mètres), où il existe des chantiers navals (pour construire la centrale) et où il est possible de raccorder facilement ce générateur marin au réseau terrestre. Après examen des performances des matériels disponibles, l'EPRI en a retenu deux: le Pelamis d'Ocean Power Deliveryet la turbine flottante d'Enertech. Gros avantage du premier système, le prototype a déjà été testé avec succès au large de l'Ecosse. Le second ne délivrera ses premiers kWh que dans quelques semaines au large de Port Kembla en Australie.

Quoi qu'il en soit, le modèle économique est déjà imaginable. Selon les données fournies par les constructeurs, des machines de 500 à 1000 kilowatts (kW) unitaires pourraient produire entre 1 700 et 2 000 MWh/an. Chacune des machines étant installable à un coût variant entre 3,6 et 7,2 millions de dollars (2,8 à 5,6 millions d'euros). Le tout pour un coût de production allant de 9,2 à 10,4 cents par kWh (7,1 à 8 centimes d'euros). Conclusion logique du rapporteur: «L'énergie des vagues étant l'un des modes de production d'électricité les plus propres, nous recommandons qu'une opération de démonstration et l'implantation d'unités commerciales»soient réalisées le plus tôt possible.» Reste à savoir si les huit administrations américaines concernées seront aussi enthousiastes que Roger Bedard à l'idée d'implanter des centrales à vagues un peu partout.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus