Vers une désensibilisation des allergies alimentaires

Le 19 octobre 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une équipe américaine a mis au point une technique de désensibilisation des allergies alimentaires, dont elle livre dans le Journal of Immunology de premiers résultats positifs chez l’animal.
 
La désensibilisation consiste à administrer, par voie sublinguale ou sous-cutanée, des doses croissantes de la substance allergène sur une longue période. Mais cette technique est inefficace contre les allergies alimentaires, pour lesquelles des doses extrêmement faibles de l’allergène suffisent à provoquer une réaction.
 
Au lieu d’utiliser un allergène isolé, l’équipe de Paul Bryce, de la Feinberg School of Medicine de Chicago, a mis en œuvre une autre technique, qui consiste à l'attacher à des cellules immunitaires issues du patient, prélevées dans son sang, puis à lui réinjecter ces cellules modifiées, dans le but de susciter une tolérance vis-à-vis de la substance.
 
Un objectif qu’ils ont atteint, du moins chez la souris: les chercheurs ont réussi à désensibiliser ces animaux d’une allergie aux cacahuètes, et ce avec seulement deux injections de l’allergène greffé aux cellules immunitaires (appelées «Ag-SP», pour «Antigen-Coupled Splenocytes»).
 
Or cette puissante allergie se montre particulièrement réfractaire à la désensibilisation standard. Lors d’une étude par voie orale publiée en 2009, 93% des participants avaient enduré des réactions adverses pendant la phase initiale, c’est-à-dire à des doses encore très faibles de l’allergène.
 
Au-delà des allergies, qui impliquent les lymphocytes T de type Th2 («T helper 2»), cette technique pourrait être efficace contre les maladies auto-immunes, liées aux lymphocytes de type Th1 et Th17. Elle est déjà à l’étude contre la sclérose en plaques, avec un premier essai en cours chez l’homme.
 
Pour les allergies comme pour les maladies auto-immunes, il s’agit d’une réaction excessive contre une substance que l’organisme reconnaît comme étrangère –à tort, dans le cas des maladies auto-immunes.
 


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus