Vers un nouveau système de traçabilité pour les bovins

Le 31 août 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Commission européenne a proposé le 30 août d’identifier électroniquement les bovins à vaste échelle. Objectif: rendre le système actuel de traçabilité plus sûr et plus rapide, tout en améliorant la protection de la santé animale dans l’Union.
 
Le système européen actuellement en vigueur pour notifier les naissances, décès et déplacements des bovins repose sur une procédure qui est d’abord manuelle. Les données sont ensuite converties en un format électronique pour être saisies dans les bases de données informatisées des États membres. Le tout est régi par le règlement (CE) nº 1760/2000 qui garantit la transparence et la traçabilité complète des animaux et des produits fabriqués à partir de viande bovine.
 
Pour les éleveurs, ces notifications impliquent des charges administratives considérables en raison «non seulement des coûts de main-d’œuvre induits, mais aussi des répercussions possibles pour les paiements soumis au principe de conditionnalité, lesquelles pourraient se traduire par des réductions dans le cadre du système de paiement direct et d’autres régimes prévus au titre de la politique agricole commune», explique la Commission dans son communiqué du 30 août.
 
C’est pourquoi l’institution européenne propose d’introduire un régime d’identification électronique pour ces animaux, comme le font déjà certains Etats membres et comme c’est déjà le cas pour les animaux de compagnie. Celui-ci serait facultatif, car la mise en place obligatoire d’un système électronique «pourrait avoir des conséquences économiques qui seraient préjudiciables à certains opérateurs». Mais si un pays souhaite rendre ce système obligatoire sur son territoire, il pourra le faire.
 
Pucer les bovins pour les identifier ferait gagner du temps en réduisant les charges administratives. L’avantage serait aussi de vérifier plus facilement si les animaux ne sont pas malades. «Une fois appliquée, la proposition facilitera la notification des mouvements d’animaux en vue de leur saisie dans la base de données centrale. Nous pourrons ainsi remonter plus facilement et plus rapidement jusqu’aux animaux ou aux aliments infectés, ce qui nous permettra de réagir promptement et d’écarter toute menace pour la chaîne de production alimentaire», a indiqué John Dalli, commissaire à la santé et à la politique des consommateurs.
 
Enfin, cette identification électronique permettra de faciliter la gestion et le contrôle de certains régimes d’aide de l’Union dans le domaine de l’agriculture.
 
La proposition de la Commission doit être étudiée par le Parlement européen et par le Conseil.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus