Vers un démantèlement de Dalkia

Le 28 octobre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Veolia héritera de toutes les activités internationales de Dalkia, dont la centrale de Vilnius.
Veolia héritera de toutes les activités internationales de Dalkia, dont la centrale de Vilnius.
Dalkia

Veolia Environnement et EDF sont parvenus à un accord en vue de se répartir les actifs de Dalkia, leur co-entreprise de services énergétiques au cœur d'un bras de fer depuis l'an dernier, a indiqué dimanche 27 octobre, à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information du quotidien financier l'Agefi.

«EDF aura 100% de Dalkia France et Veolia aura 100% de Dalkia International», a indiqué cette source, qui a requis l'anonymat, ajoutant que l'opération serait globalement neutre sur le plan financier pour les deux groupes.

Cet accord sera validé ce lundi 28 octobre par les conseils d'administration des deux groupes, a confirmé cette source, comme l'écrit l'Agefi sur son site.

Ce schéma verra donc le géant de l'électricité EDF récupérer en totalité les activités françaises de Dalkia, dont il détient pour le moment 34% indirectement, via la co-entreprise Dalkia Holding détenue à 66% par Veolia.

En échange, Veolia, le géant de l'eau et des déchets, va pouvoir passer de 50% à 100% de détention des activités internationales de Dalkia, dont EDF possède actuellement la moitié des parts (directement et via Dalkia Holding).

Ce partage d'actifs va enfin permettre à Veolia et EDF, qui se disputent depuis un an et demi au sujet de Dalkia, de clore ce contentieux qui empoisonnait leurs relations et ôter une épée de Damoclès qui pesait sur les perspectives de leur filiale commune.

Dalkia, qui emploie 50.000 personnes dans une trentaine de pays (dont 14.000 en France), a réalisé un chiffre d'affaires de 8,9 milliards d'euros l'an dernier.

L'entreprise revendique la place de numéro un mondial des réseaux de chaleur (et de froid pour la climatisation), un secteur qui représente plus d'un tiers de son activité, et elle est également active dans deux autres domaines: la gestion de l'énergie des sites industriels et celle des bâtiments.

En France, la société exploite 333 réseaux de chaleurs et de froid, 239 chaufferies biomasse et 26 chaufferies industrielles. Sa capacité de production est de 37.000 mégawatts thermiques et de 2.775 MW électriques.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus