Vers un arrêt progressif de la prime à la casse

Le 15 juillet 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le ministre chargé de l'industrie, Christian Estrosi, a annoncé lundi 13 juillet «un arrêt progressif» de la prime à la casse, selon l’AFP. Cela confirme l’annonce de son prédécesseur, Luc Chatel, le 9 juin dernier (1).
Mis en place en décembre 2008, le mécanisme de prime à la casse prévoit le versement de 1.000 euros pour tout achat de véhicule émettant moins de 160 grammes de CO2 par kilomètre, contre l’abandon d’un véhicule de plus de 10 ans. Le dispositif devait s’achever fin 2009.

«Cette disposition (...) a déjà permis à 200.000 véhicules d'en profiter: il est bien évident que les 220 millions € programmés par le gouvernement apparaissent déjà comme insuffisants et qu'il faudra aller plus loin», a déclaré Christian Estrosi à la sortie du conseil des ministres, rapporte l’AFP. Pour le ministre, la fin de la prime à la casse ne pourra être que progressive afin d’éviter les conséquences négatives d’un arrêt brutal sur le marché automobile. Aucune échéance n’a toutefois été précisée.

Le ministre chargé du plan de relance, Patrick Devedjian, a plaidé pour un arrêt de la prime à la casse coordonné à l’échelle européenne. Treize Etats membres sur 27, dont l'Allemagne, ont mis en place un tel dispositif.

(1) Dans le JDLE «Une prime à la casse plus chère que prévu»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus